• VERDI

     

    RÉUNION DE MARS


    Ce texte est classé en NÉO-CLASSIQUE

    Parce qu’il ne tient pas compte des échos
    et n’emploie pas de diérèses

     

    VERDI

    Ton enfance s’écoule en travail et combat,
    Toi le si pauvre fils d’un pays de misère !
    Tu connus du destin l’éprouvante galère
    Et, de tes sombres deuils, le funeste sabbat.

    Mais un jour Nabucco, grâce au récit biblique,
    T’extraira de l’impasse, animant ton ardeur.
    Le moment fut venu d’exprimer ta grandeur
    Pour adoucir enfin ce vécu pathétique.

    Magnifiant la passion et les déchirements,
    Écho de la douleur, ta musique grandiose
    Tellement sublimée, atteint l’apothéose :
    Par toi la voix humaine devient envoûtements.

    Homme si généreux, à son pays fidèle,
    Et Maître incontesté du chant « maestoso »*
    Tu créas le refuge « casa di riposo »** :
    Un havre pour le pauvre, une maison modèle.

    Ô toi, Géant parfait, bienveillant et humain,
    L’Italie orgueilleuse te chante et te vénère,
    Dans toute sa ferveur, tu restes la lumière,
    Maître de la Musique et du Chant souverain.

    *majestueux
    ** maison de retraite pour l’artiste sans ressource.


    Mireille TURELLO-VILBONNET


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :