• UN SOIR LA CAMARGUE

     

    Un soir, la Camargue

     

    Tu es le sable fou

    Sur la mer infinie,

    Le Sable merveilleux

    Où parle le silence,

    Tu rougis vers le soir

    Quand le soleil s'avance

    Vers ce même bonheur

    Qui nous avait surpris.

     

    Regarde scintiller

    Les crépuscules d'or

    Sur le gris broussailleux

    Des chevaux de Camargue,

    Regarde la lumière

    Quand cet enfant s'endort

    Dans le creux de ta main

    Pour échapper aux larmes.

     

    Tu es le vent sublime,

    Tu parles à l'insoumis,

    Le vent des religions

    Que les gitans jalousent,

    Tu retiens la prière

    Vers les Saintes Maries,

    Tu es la course folle

    De l'animal farouche.

     

    Regarde s'envoler

    Le vaisseau bleu argent

    Dans le ciel poussiéreux

    Des terres de Camargue,

    Elles nous prennent à la gorge

    Dès le premier instant

    Comme le vin, le gris

    Qu'on appelle des sables.

     

    Jacqueline TOURNIER

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :