• UN BAISER

     

    Roger Aragon, disparu prématurément en 1988, fut délégué de la S.P.A.F. pour la région Midi-Pyrénées dans les années 80. Quelques-uns de ses poèmes ont été réunis dans une plaquette. 

      

      

    UN BAISER

     

     

    Ils s’aimaient tant, ils s’aimaient tant

    Qu’ils avaient échangé leurs dents.

     

    C’est une chose rarissime

    Qui mérite bien qu’on la rime.

     

    Dans un baiser trop prolongé

    Leurs dentiers s’étaient mélangés.

     

    Chacun se tira de l’affaire

    Avec les dents du partenaire.

     

    Les dentiers s’adaptaient si bien,

    Lequel le tien ? lequel le mien ?...

     

    Ils possédaient – c’est incroyable –

    Des appareils interchangeables.

     

    Ils voulurent récupérer

    Leur bien par mégarde égaré.

     

    Mais les dentiers, net, refusèrent

    Ce retour au propriétaire,

     

    Et des dentistes chevronnés

    En vain y fourrèrent leur nez.

     

    Ils consultèrent un oracle

    Pour briser l’effet du miracle.

     

    L’arrêt fut clairement rendu :

    Chacun recouvrerait son dû

     

    Et mettrait fin au ridicule

    De cette erreur de mandibules.

     

    Mais il leur faudrait surpasser

    L’ardeur de leur fatal baiser.

     

    Seule, une étreinte expiatoire

    Remettrait l’ordre en leurs mâchoires.

     

    Hélas ! malgré tous leurs efforts

    Rien ne put conjurer le sort.

     

    Les miracles, les gens le disent,

    Jamais deux fois ne se produisent.

     

    L’amour ayant battu son plein

    Était déjà sur le déclin.

     

    Incisives, crocs et molaires

    À tous les assauts résistèrent.

     

    Ils gardèrent de l’accident

    Chacun contre l’autre une dent.

     

    Que cette histoire me permette

    De donner un conseil honnête.

     

    Quand l’amour vous brûle et vous mord,

    À lui donnez-vous âme et corps,

     

    Mais sur un point soyez farouches,

    Gardez vos dents dans votre bouche.

      

     

                                  Roger ARAGON

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 27 Février 2016 à 21:56

    trop drôle ! la première fois que je l'ai entendu, j'ai failli tomber de ma chaise tellement j'ai ri! De la poésie comme cela on en redemande, cela vous fait oublier la grisaille quotidienne et les ennuis à n'en plus finir, du moins, pour un moment !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :