• TERREURS ENFANTINES

     

     

    TERREURS ENFANTINES

    Des mots frais légers, ceux d'une berceuse,
    Viennent caresser le front de l'enfant,
    Refoulant ainsi, nuit mystérieuse,
    La peur oubliée au coin de l'instant...

    Il insiste un peu, mais l'on doit éteindre,
    «Dors, mon petit gars ... » lui dit sa maman
    Un silence affreux passe pour étreindre
    Son corps frêle et doux effrayé, charmant...

    Aucun son ne sort de sa tendre bouche,
    La frayeur en lui, le voici tremblant ;
    Quand un bruit lointain de l'antre débouche
    De l'armoire, en face,  en arrière-plan...

    Il ferme les yeux, il se met en boule,
    « Dans un cauchemar, le monstre m'attend ! »
    « Quand l'obscurité se fait, il déboule
    « Lorsque le sommeil sur ma chair s'étend »...

    « Il s'accroupira tout près de ma tête ;
    « Il me flairera, comment repousser
    « Cette horreur sans nom, ni homme ni bête
    « Dont je sentirai le souffle glacé ! »

    Germaine Cartro

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :