• SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

     

    À LA UNE

    Deux poètes en vedette pour couronner le cycle des Dimanches en poésie : Aline Muscianisi a présenté son nouveau recueil, Contempler seulement, tandis que Roselyne Morandi annonçait la parution, dans les semaines à venir, du sien, intitulé Sur chant d'étoiles, et donnait un avant-goût de son exposition prochaine à Lyon en lisant les textes qui accompagnent les toiles reproduites sur le catalogue. Un trio de musiciennes assurait des intermèdes harmonieux. Et l'on ne peut que se féliciter que l'atelier ait accueilli un public bien étoffé - une bonne quinzaine de personnes, dont, bien entendu, quelques autres poètes.

     

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Le public... de dos...

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...et de profil.

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    La poésie d'Aline sait parler des choses graves...

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...mais aussi sourire de tout son cœur.

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Le trio des musiciennes propose musique ancienne et musique baroque.

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Ouvrant le catalogue de son exposition, Roselyne nous ferait regretter que Lyon soit loin, mais par chance certains des tableaux sont encore là - qu'elle nous désigne, tout en lisant les poèmes destinés à les accompagner. 

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    La scène étant offerte ensuite à qui le veut, c'est d'abord Gérard Lamouroux qui affronte l'auditoire (certes bienveillant!). 

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Viendront ensuite le poète au chapeau, qui pour l'instant se recueille au fond...

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...Jean-Louis Séguier, avec son Petit tambour, et un poème de Roselyne...

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...votre blogueuse (toujours un peu en retard dans ses chroniques)...

     

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...et Jackie, qui prend enfin son courage à deux mains pour participer aux Dimanches de Sorèze et y dévoiler ses textes.

     SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Pour conclure, Hans puise dans on inépuisable mémoire un poème de Boris Vian et l'image d'un petit chat effronté comme un page.

     

     

    Et devinez par quoi s'achève un bel après-midi où le soleil vient fort à propos de pointer son nez entre les nuages?

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

     

     

     

     Photos: Fabienne Bories et  Roselyne Morandi.

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Septembre à 13:56

    Formidable  poète "blogueuse-reporter-".... ! Mille mercis Marie-José

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :