• SI L'AUTOMNE...

      

     

    Si l’automne…



     

    Si l’automne ternit tous nos beaux jours passés

    Jusqu’au pénible hiver qui ruine nos heures,

    Se peut-il que la mort discrète en son palais

    Nous enchaîne à sa cause en d’ultimes demeures ?

    Pas si sûr !  Je le crois, nos voix intérieures

    Toutes supplient depuis de l’éloigner un temps.

    Tôt… elle s’en viendra, certes, à nos dépens,

    Longuement chuchoter à nos âmes bien vieilles,

    Je l’entends, je le sais, en des pas de brigands,

    De mettre terme un jour aux longues nuits de veilles.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :