• PRIMAVERA

     

    Gérardine

     

                                        PRIMAVERA* 

     

    DÉCHIFFRANT LE SOLEIL POUR QUE LA VIE EXULTE

    Se perçoit le printemps qui commence à frémir ;

    Il enlace un grand chêne et dans l’écorce, il sculpte

    L’espoir qui nous parvient comme pour affermir

    L’oubli de cet hiver dont s’éloigne l’insulte. 

     

    Les chicanes du froid vont enfin s’endormir !

    Cette étape bénie apporte la lumière

    Et l’arbre dénudé va cesser de gémir

    S’il entend, de l’oiseau, la chanson coutumière. 

     

    Dans un soupir profond, le temps sort de la nuit,

    L’herbe se fait velours en cette aube première

    Et, doucement, renaît dans l’aurore qui luit. 

     

    Nature symbolique ! Admirable tumulte !

    Ressuscitée encor, Primavera séduit 

     

    DÉCHIFFRANT LE SOLEIL POUR QUE LA VIE EXULTE .

       

    *Printemps

                                                                                    Mireille Turello-Vilbonnet


  • Commentaires

    1
    germaine
    Mercredi 12 Mars 2014 à 08:31

    Un beau poème de presque circonstance ! Merci Mireille ! comment allez-vous amitiés de germaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :