• POÈTE AMATEUR

     

    Poète amateur

     

                               

                                        Obscur  mais orgueilleux de sa rime simplette

                                Où se cachent des vers espérant être lus,

                                Sait-il, ce doux rêveur, ce que c’est qu’un poète,

                                Qu’il se tient, à jamais, au nombre des exclus ?

                                Il demeure incompris de tout son entourage,

                                Aréopage lourd ! Tristes béotiens !

                                Toujours imperméable, il poursuit son ouvrage,

                                Ridicule souvent, même parmi les siens.

                                A l’éditeur vénal qui n’aime que la prose

                                Il n’aura pas affaire. Oh ! sinistre larron

                                Qui le regarde un peu comme une pauvre chose

                                Pour le considérer en scribe-tâcheron.

                                Il poursuit son chemin car pour lui  rien ne presse,

                                Ses mots, pleins de rigueur, aux critiques sont sourds.

                                De la cacophonie il se désintéresse,

                                Amoureux du silence, y puise son recours.

                                Bien qu’un tout petit cercle autour de lui se ferme

                                Point de gloire futile au sommet des plateaux,

                                Ces chemins sans grandeur, ces palabres sans terme

                                S’accommodant parfois de tristes oripeaux !

                                Il recherche à nourrir en lui l’âme profonde

                                Sans jamais altérer le sens du merveilleux

                                Et ne supporte pas l’obstacle de ce monde

                                Où prévaut bien souvent, la folle poudre aux yeux.

                                Dans cette langue aimée, une douce énergie

                                Embellit les chemins du plus morne univers,

                                Fait de l’humble poète un vecteur de magie

                                S’écartant du banal, qui se grise en ses vers.   

                                Pour garder sa fraîcheur,  obstinément il lutte

                                Voulant rêver encore et bien plus qu’il ne faut

                                Sa plume vient offrir, somptueuse volute

                                Au ciel toujours bleuté, l’horizon sans défaut.

            

                                Obscur mais orgueilleux de sa rime simplette

                                Dont l’espoir se résume à vouloir être lu,

                                Sait-il ce bienheureux, lui l’indigent poète

                                 Qu’il doit cultiver seul son désir d’absolu ?

                                                           

                                                          Mireille TURELLO-VILBONNET      


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :