• POÉSIE LIBÉRÉE

    Mireille Turello-Vilbonnet  nous précise ce qu'on entend par "poésie libérée" dans les concours:

     

    Réunions de Décembre 2O14 et de Janvier 2015

                    LA POÉSIE LIBÉRÉE

    Ce qui différencie la poésie de la prose : c’est le RYTHME
                                                                      Et la MUSICALITÉ

    En conséquence : pas de phrases interminables,
                                 Pas de descriptions-fleuve.

    La poésie libérée n’est libérée QUE de la rime mais pas du tempo.

    Pour obtenir ce rythme on utilisera la métrique – même si celle-ci
    n’est pas aussi rigoureuse que dans la versification.

    Pour obtenir la musicalité, on recherchera les assonances puisque
    cette forme N’EST PAS RIMÉE. Si une rime s’y trouve ce sera
    occasionnel et fortuit.

    Pour mémoire :

    Retour à la même fréquence sonore à la fin de deux vers
    la RIME est l’uniformité de SONS dans la terminaison de
    plusieurs mots suivant des REGLES PRÉCISES

    L’ASSONANCE  est la répétition du même SON VOCALIQUE
    réduite à l’identité de la dernier voyelle accentuée
    donc : consonance imparfaite et orthographe libre

    Ex : France/franche    sombre/tondre   âme/âge

    La poésie libérée (non rimée) ne doit pas être appelée poésie libre
    qui, elle, est de la poésie classique (rimée) mais libre uniquement
    dans la longueur des vers (Ex. Fables de Lafontaine)

    Petit repère : dans le règlement d’un concours on trouve deux
    Formules :
    Soit poésie libre ex. Fable de Lafontaine (donc rimée)
    Soit uniquement poésie libre sans précision : il faut dans ce cas
    traduire par poésie libérée.




    Une poésie libérée – si elle est réussie – doit faire oublier à l’auditeur
    qu’elle n’est pas rimée.

    Ex : Des souvenirs anciens
           Gisant au fond d’un PUITS
           Rejaillit, certains soirs,
           La troublante HARMONIE ;

    Mes rimes buissonnières.

    On me qualifiera sans doute de « ringarde »
    Je n’ai point l’ambition d’atteindre l’intouchable
    Mais j’admire le beau, il faut que m’on pardonne
    Et je suis, du classique, à jamais, l’humble barde.
    Aujourd’hui, pourquoi donc cette infidélité
    Qui consiste à écrire ces lignes libérées ?
    Pour ceux qui, par mépris, ne lisent pas les rimes
    Quand les règles de l’Art leur donnent une patine.
    Si je fais, en ce jour, la rime buissonnière
    J’espère avoir enfin le bonheur de leur plaire.


                                             Mireille 26/XII/2014

    A vos plumes !
    Nous reprenons le sujet le 21 janvier 2015
    (N’oubliez pas vos polycopies !

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :