• PAUVRES PÊCHEURS (Ghazel)

     

                    PAUVRES PÊCHEURS

     

    Ne dites plus à mère, en cette aube morose,

    Combien Éole fou bombarde son grain noir

    Ensilé dans la nue, et passe au laminoir

    Les pêcheurs fatigués, sur les ponts qu’il arrose !

     

    En perdant toute ardeur, son chapelet va choir

    Quand ses fils tomberont, peut-être, un jour dans l’onde,

    Lorsque les gens pieux prodigueront l’espoir.

     

    Mais ils quittent ensemble une terre inféconde

    Où la maigre culture affame l’habitant

    Qui regarde, au retour, les poissons miroitant,

    Divine manne offerte à l’infortuné monde.

     

    Leur survie est pendue au bout d’un cabestan.

      

      

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :