• PAROLES DE GISANTE

     

     

    PAROLES DE GISANTE

     

     

     « Vous qui lorgnez de haut nos corps roides et froids,

    Nos mains dévotement jointes sur une croix,

    Nos fronts muets étreints dans l’étau des couronnes

    Et nos bliauts sculptés en longs plis monotones,

    Sous les carcans de pierre, entendrez-vous les cœurs

    Battre l’ardent rappel de fièvres, de fureurs ?

    Savez-vous que je fus duchesse et deux fois reine ?

    Que j’osai soulever ma rancœur souveraine

    Contre l’époux qui dort à présent près de moi, 

    Pour voir périr aussi mon fils, tout juste roi,

    Puis ma bru, vaine veuve aux entrailles stériles ?

    Voyez-nous reposer côte à côte, tranquilles,

    En paix dans le tombeau comme jamais vivants,

    Quand notre orgueil jetait ses cris aux quatre vents !

    Ne sommes-nous vraiment qu’un dur poids de Carrare

    Étendu sous la voûte où le songe s’égare ?

    Ou notre âme parfois vient-elle obscurément

    Verser à notre ennui son doux chuchotement,

    Sous l’éternel regard qui de partout peut-être,

    Du vitrail, de l’ogive ou des tréfonds de l’Être,

    Voit comme une fragile et frivole entité

    Ceux qui sont en ce monde et ceux qui l’ont quitté,

    Nous, spectres cuirassés de roc incorruptible,

    Et vous, passants d’un jour que le temps prend pour cible ? 

    Votre pas qui s’éteint, qu’emporte-t-il d’ici ?

    Un souvenir bientôt recouvert d’un souci,

    Confuse image au bord d’une vague pensée,

    Étincelle dans l’ombre à l’instant effacée…

    Vous oublierez, nous dormirons encore un peu,

    Sans émois, sans soupirs, sans tendresse et sans feu,

    Puis nous disparaîtrons quand on verra la pierre,

    Marbre même et granit, se résoudre en poussière."

      

      

     

      


  • Commentaires

    1
    Aline Muscianisi
    Mercredi 27 Février 2013 à 12:51

    Superbe texte ! ... digne d'une chanson de geste. Comment ne pas être interpellé ! C'est sûr, je ne regarderai plus les statues de la même façon désormais.

    Féliciations Marie-José !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :