•                                                           

     L’HISTOIRE                                                         

                                                                                          

                                      

                                       Antoinette espérait de beaux rêves touchants

                                       Loin des buissons d’aspic, de l’angélus sonore ;

                                       Un passereau charmeur étranger à ces champs,

                                       Avec elle attendit le début de l’aurore.

                                                  

                                       Point de carte ne guide au pays embaumé

                                       D’un suave parfum ; mais cette proche terre

                                       Pour la nuit accepta le géographe aimé

                                       Qui trop souvent menait son âme solitaire.

     

                                       Deux mains ont oublié le pénible lavoir…

                                       Sarajevo palpite au bruit de la démence,

                                       Quand l’archiduc se meurt. Le temps d’un « au revoir »,

                                       Ce bel oiseau s’en fut dans un bourbier immense !

     

     

                                                                           Michèle GRISCELLI


    votre commentaire
  •  

     

    DÉLIRE DU PETIT MATIN

     

     

    Un matin, je rêvais dans les bras de l’aurore

    A la blonde lueur d’un jardin embaumé

    Quand soudain un grand coq fit un appel sonore

    Et me chassa hélas de mon lit tant aimé…

     

     

    La colère me prit proche de la démence

    Je courus arpenter les lisières des champs

    Quand je crus voir là-bas à l’horizon immense

    Un vol de coqs sportifs que je trouvai touchants.

     

    Ils volèrent vers moi me soulevant de terre

    Et moi, comme un oiseau nageant dans un lavoir

    Je finis par la brasse en mon lit solitaire

    Sans avoir eu le temps de leur dire au revoir !

      

    Anne-Marie Vergnes

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique