• NÉFERTITI

     

    NÉFERTITI

     

    NÉFERTITI

     

     

    « Sans craindre steppe ni savane

    Ni du désert les cieux ardents,

    Au pas lourd de la caravane

    Qu’assiègent les simouns stridents,

    Blottie en ses voiles flottants,

    Si gracieuse et si menue

    Dans la fleur de ses dix-sept ans,

    Jusqu’à nous la Belle est venue !

     

    Bouche pourpre et chair diaphane,

    Jais du regard, nacre des dents,

    Si pour elle un roi ne se damne,

    Tous nous serons ses prétendants :

    Rose des sables qu’un printemps

    Pour souveraine a reconnue

    Et qu’acclament nos cœurs battants,

    Jusqu’à nous la Belle est venue ! »

     

    De cette extase courtisane

    Se sont tus les cris obsédants,

    Mais la mort en vain se pavane

    Et rit de nous jouer perdants;

    Sur la face aux fards éclatants

    Dans sa nuit longtemps retenue,

    Nos yeux se posent, exultants :

    Jusqu’à nous la Belle est venue !

     

    Toi qui, grisé des seuls instants,

    Ne vois dans la grandeur que nue,

    Songe bien qu’en dépit du temps

    Jusqu’à nous la Belle est venue…

     

     

    Ballade extraite du recueil Marginalia.

     

    (Pour mémoire : « la Belle est venue » est la traduction littérale de « Néfertiti », originellement nommée Tadouchépa.)

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :