• MILLE PRINTEMPS

     

    MILLE PRINTEMPS

     

     

    C’était le Mai d’aurore bleue et de senteurs,

    Brins de muguet, prétexte d’une promenade

    Dans le sous-bois où le loriot fait son aubade,

    Un nuage glissait, léger, sans pesanteur.

     

    C’était le mois de Mai, mois des mille printemps :

    Ceux qui se sont perdus, ceux de la solitude,

    Et ceux que l’on attend, ceux de la plénitude,

    Quand la gerbe dorée a mûri en son temps.

     

    Ceux que l’on a aimés, les printemps des beaux jours,

    Ceux qui chantent au cœur leur romance éternelle,

    Souvenirs entraînants comme une tarentelle.

    Puis ces printemps fanés que l’on oublie toujours.

     

    Chargés de fruits, pliaient les arbres de l’enclos.

    Premier frisson d’automne après première sève.

    Pomme d’amour et pom’ d’api, que l’heure est brève !

    On rêve un peu dans la tiédeur des volets clos.

     

    Beau fruit d’amour, velouté comme une caresse,

    Fragile fleur dans le verger, coquelicot

    Dans champ de blé, comme un baiser sur calicot.

    Voici le Mai d’aurore bleue et de promesse.

     

     

     

                                                          Yvanne GIGNAT

                                                               Août 2010

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :