• MÉLANCOLIE DE PRINTEMPS

     

    MÉLANCOLIE DE PRINTEMPS

      

     

     

    Les matins sont plus clairs, le jour bleu fraternise

    Avec l’odeur de miel éparse au fil du vent ;

    Le chat, gourd de tiédeur, assoupi sous l’auvent,

    Laisse l’oiseau chanter comme en Terre Promise.

     

    L’insecte de soleil et de nectar se grise ;

    L’ombre est douce quand passe, au zénith dérivant,

    Un nuage égaré qui s’éloigne en rêvant

    - Peut-être - de pleurer ses embruns sur Venise.

     

    Le cœur vibre, aussi vif que les vols de pinsons

    Guettant sur les blés verts la blondeur des moissons,

    Mais aux larmes d’avril le voici qui frissonne :

     

    Tant de printemps déjà pour jamais révolus

    Et tant d’êtres chéris qu’on ne reverra plus !

    Est-ce un glas, blanc muguet, que ta clochette sonne ?

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :