• MA FLEUR DE PAVOT

     

                                 MA FLEUR DE PAVOT

     

            

                         Ô  toi ma dulcinée, infante de l’amour

                         Élégante corolle aux teintes sibyllines

                         Ton parfum fait pâlir les roses des collines

                         Et craindre du repos l’impossible retour !

     

                           Voluptueux élans, conscience amollie,

                           Arôme sans égal, miraculeux poison,

                           Ton reflet amarante enivre ma raison

                           Dans le silence fauve et la mélancolie.

     

                           Ma muse s’est pendue au coquelicot noir,

                           Je subis, nuit et jour, son ardeur rougissante,

                           Prisonnier, à jamais, du venin qui me hante,

                           Et cherche dans ses bras la langueur-nonchaloir.

     

                          L’ivresse alors me gagne, obscurcissant ma vie,

                         « Que de jours sans soleil, que de nuits sans pavot » !*

                          Le poète a connu l’esclavage dévot,

                          Souffrant de mille morts l’ardeur inassouvie

     

                         Extase imaginaire au capiteux séjour,

                         Mon cœur reste captif d’un sortilège étrange,

                         Es-tu donc l’avatar du Démon ou d’un ange ?

                         Ô toi ma dulcinée, infante de l’amour !

                                

       

                                                         Mireille TURELLO-VILBONNET

    • Lamartine

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :