• LES FAUX AMIS

    Les faux amis

     

     

    Je me dis quelquefois si depuis que j’existe,

    De ceux que j’ai connus j’avais gardé le nom,

    Je pourrais aujourd’hui me dresser une liste

    De sacrés comédiens, et plusieurs de renom.

     

    On devrait découvrir à chacune des pages

    Tous ceux qui par orgueil se disaient vos amis,

    Pour vite disparaître en dépit des usages,

    Aux premiers mauvais tours qu'ils s'étaient cru permis.

     

    Puis qui vous revenaient sans chercher une excuse,

    Comme si par principe ils n'avaient jamais tort,

    Contestant longuement ce dont on les accuse,

    Avant peut-être enfin de vous jeter un sort.

     

    Qui ne vous lâchent plus, proposent leur service,

    Puisque l'on a du mal à le leur demander,

    Se font très enjôleurs, et dont le plus grand vice

    Est de trahir encore, au lieu de s’amender.

     

    Et pourquoi pas aussi l’amateur de bourrade,

    Qui vous assène en clair, pour un peu, pour un rien,

    Ses coups les plus fougueux, et qui vous laisse en rade

    Dès qu’il faut vous sortir des griffes d’un vaurien.

     

    En fait, le temps aidant, j’aurais détruit ma liste,

    Par peur de voir chacun se remultiplier ;

    Ceux qui la composaient, dont l'image persiste,

    En guise de pardon, je veux les oublier.

     

                   Jacques LARROCHE


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :