• LE PRINTEMPS DES POÈTES

     

    LE PRINTEMPS DES POETES 

     

     

    La douceur s’est posée enfin 

    Sur nos vers engourdis de givre. 

    L’adieu chante l’hiver défunt, 

    Dansent nos pieds fiers de revivre. 

     

    Un peu de musique au soleil, 

    Voilà qu’une ardeur matinale 

    A peine éclose du sommeil 

    Nous redit la fête automnale. 

     

    Alors que vibre un air nouveau, 

    La lumière cerne les ombres, 

    La rime éblouit le cerveau 

    Chassant le spleen de ses coins sombres. 

     

    Tout est mouvant comme les blés. 

    L’encre enivre la feuille blanche 

    Les porte-plumes endiablés 

    Lâchent les mots en avalanche. 

     

    Ce printemps le rythme fleurit, 

    Comme inspiré d’un long carême. 

    Pour estomper les vieux jours gris 

    Revient le souffle du poème. 

     

     

                                                         Annette Ruflet  

                                                          Le 01 septembre 2012.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :