• LE FEU SOUS LES CENDRES

     

    Le feu sous les cendres

     

    Passe le temps et son train-train

    Les heures, les jours manquent d’entrain

    Noyés dans le dernier quatrain.

    Mais le feu couve sous les cendres.

     

    Le vers s’est perdu dans le vent

    Avec un sillage mouvant.

    Le regard le suit en rêvant

    Et le feu couve sous les cendres.

     

    Demain, quand le soir tombera,

    Que le disque d’or flambera

    Notre âme se réveillera

    Car le feu frémit sous les cendres.

     

    De nouveau couleront les mots

    Ciselés comme des émaux,

    Point n’est besoin de chalumeaux

    Quand le feu renaît de ses cendres.

     

    Puis le poème se construit,

    Mûrit lentement comme un fruit

    Avant de s’envoler sans bruit :

    La flamme a jailli de ses cendres !

     

                                                           Yvonne NAVE


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :