• LE DERNIER JOUR

     

    Le dernier jour

     

     

    L’horloge s'époumone en un vacarme immense,

    Sinistre chapelet parcourant bois et champs.

    Les villes et les bourgs,  subissent la démence

    De son lourd balancier, de ses appels touchants.

     

    Le monde plein d’effroi connait l'ultime aurore,

    Mais où trouverons nous le magique lavoir

    Purifiant nos cœurs. La trompette sonore

    Du jugement dernier, désire nous revoir.

     

    Non, l’homme n’est pas fait pour rester solitaire,

    Le parfum du printemps que l’on a tant aimé,

    Fera naître à nouveau le bonheur sur la terre,

    En souvenir des fleurs, qui l’avaient embaumé.

     

    Georges Lafon


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :