• L'INOUBLIABLE AMOUR

                                             

                            L’INOUBLIABLE AMOUR…

     

     

                           Un souffle de chaleur aux lourds relents d’éviers

    Monte de la mangrove où l’on force un passage,

    Essayant de prévoir le cheminement sage

    Entre les nymphéas et les palétuviers

     

    Le danger peut venir de puants crocodiles

    Enfouissant leur proie au fond de ce bourbier,

    Des boas, du jaguar tombant d’un jujubier,

    Ou des sables mouvants, de venimeux reptiles…

     

    Lors, laissant la sangsue attaquer les jarrets,

    Du regard nous sondons les profondeurs de l’onde,

    Aventurons le corps dans cette fange immonde

    Sans oublier la jungle étouffant ces marais.

     

    Dès qu’émerge un sol ferme, exempt de pestilence,

    Abruti de fatigue, habillé de fucus,

    Chacun s’écroule enfin parmi les hibiscus

    Et la faune, apeurée, alentour fait silence…

     

    Se taisent les aras, quelques oiseaux-moqueurs,

    Les singes curieux, l’agaçante perruche :

    Seuls grognent deux tapirs, amateurs d’une ruche,

    Engageant un conflit dont ils sortent vainqueurs.

     

    -Guetté de l’urubu, lugubre sentinelle,

    J’observe un papillon butineur de pistils,

    Assimilant son vol aux battements de cils

    Qu’avaient ses yeux d’azur jouant de la prunelle…       

     

    Tout parle d’elle encore… A quoi bon voyager :

    Amazone et Garonne évoquent son visage,

    C’est lui que je découvre en chaque paysage,

    Aucun dérivatif ne vient me soulager !

     

    Périr, loin du terroir, n’a plus rien qui m’emballe,

    Autant rentrer chez soi pour y finir ses jours :

    Fuir ajoute au chagrin de mes chères amours

    Réduites à fleurir une pierre tombale…

     

    Par la paix retrouvée au Comminges natal

    Le temps adoucira ma tristesse infinie,

    Et l’obsédant rappel de l’accident fatal

    Qui m’a pris mon soleil, ma fleur d’Occitanie…

     

     

     


  • Commentaires

    1
    germaine cartro
    Lundi 3 Mars 2014 à 22:17

    jE N'AVAIS PAS VU LE NOM DE L'AUTEUR ; LORSQUE JE L'AI VU J'AI DIT : "CE N'EST PAS éTONNANT !" OUAH ! QUEL BEAU POÈME ! AU MOINS ON NE PEUT PAS DIRE QUE JE FUS INFLUENCÉE CAR J'AVAIS L'INTENTION DE LAISSER UN COMMENTAIRE "SUPERBE" ! ; COMME QUOI UN VOCABULAIRE ENRICHI ET EMPLOYÉ À BON ESCIENT NE NUIT PAS A L'EMOTION D'UN POÈME, BIEN AU CONTRAIRE, pour MOI IL EST AINSI BIEN PLUS PRENANT ...

    AMICALEMENT GERMAINE CARTRO

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :