• L'HISTOIRE

                                                              

     L’HISTOIRE                                                         

                                                                                          

                                      

                                       Antoinette espérait de beaux rêves touchants

                                       Loin des buissons d’aspic, de l’angélus sonore ;

                                       Un passereau charmeur étranger à ces champs,

                                       Avec elle attendit le début de l’aurore.

                                                  

                                       Point de carte ne guide au pays embaumé

                                       D’un suave parfum ; mais cette proche terre

                                       Pour la nuit accepta le géographe aimé

                                       Qui trop souvent menait son âme solitaire.

     

                                       Deux mains ont oublié le pénible lavoir…

                                       Sarajevo palpite au bruit de la démence,

                                       Quand l’archiduc se meurt. Le temps d’un « au revoir »,

                                       Ce bel oiseau s’en fut dans un bourbier immense !

     

     

                                                                           Michèle GRISCELLI


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :