• L'ARBRE ET LE POÈTE

     

     

    L’ARBRE ET LE POÈTE

     

     

    Métaphore absolue inspirant le poète,

    L’arbre a troublé son âme au-delà de ses vers

    Et, par son symbolisme englobant l’univers,

    Fit naître sous sa plume une ineffable quête.

     

    Éperdu de douleur devant le bûcheron,

    Ronsard, un jour, chanta sa forêt de Gâtine,

    Afin d’en éloigner l’immonde guillotine

    Pourchassa, de ce lieu, le sinistre larron.

     

    Le saule romantique, avec ses douces larmes,

    Fit vibrer de plaisir le si tendre Musset,

    Quand son jupon mouvant devant lui frémissait

    Il se sentait alors prisonnier de ses charmes.

     

    Lamartine, à son tour, voulut prêter sa voix

    Au cèdre incorruptible, image de noblesse,

    À ce chêne divin, puissant, que rien ne blesse…

    Tout près des goliaths naît l’impossible choix…

     

    Je veux, avec louange, écrire ce poème

    Pour chanter leur splendeur et leur sacralité,

    Et je ne peux que dire, admirant leur beauté :

    « Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime ».*

     

     

    * Les Contemplations (Victor Hugo)

      

     

                 Mireille TURELLO-VILBONNET

                                  Premier prix du jury

                                  Grands prix internationaux

                                                                              de la SPAF 2012

      

      

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :