• L'AMANT

     

    L'amant

     

      

    Elle est partie un jour sans dire un au revoir

    On l'a trouvée inerte un matin à l'aurore

    Gisant inanimée au fond du grand lavoir

    Où l'eau s'écoulait claire en un rythme sonore.

     

    La mort de son chéri qu'elle avait tant aimé

    Jadis l'avait plongée en un chagrin immense ;

    Elle voulut garder son amour embaumé

    Et son esprit alors entra dans la démence.

     

    Elle n'irait donc plus, errant à travers champs,

    Son âme divaguant, et le cœur solitaire,

    Cueillir ces beaux bouquets, pauvres cadeaux touchants,

    Qu'elle offrait à l'amant qui dormait dans la terre.

     

    Dominique Kirchner


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :