• JUIN

     

    JUIN

                           

                                 Chères muses !

                     

     

    MÉMOIRE FRISSONNANTE A L’AUBE DE L’ÉTÉ

    En lançant son appel, la  belle Terpsichore

    Offrait à la jeunesse un brin de volupté .

    Prisonniers du tango, je me souviens encore

    Des couples, l’harmonie et la complicité.

     

    Le noir bandonéon  pleurait jusqu’à l’aurore.

    Quand Euterpe flûtait, nous ne résistions pas.

    Frivole pas de deux que la jeunesse arbore,

    L’amour, joyeusement,  se  glissait sous nos pas.

     

    Muses ! de votre fête, c’est la joie estivale,

    Mais, du  « marteau piqueur », l’horrible branle-bas,

    Ne peut vous célébrer, l’émoi part en cavale !

     

    Puisque, de nos amours, le temps nous est compté,

    Polymnie embellit ma saison automnale,

     

    MÉMOIRE FRISSONNANTE A L’AUBE DE L’ÉTÉ

     

                                         Mireille TURELLO-VILBONNET

     

     

     21 Juin : fête de la musique.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :