• ITHAQUE

     

    SONNET

     

    ITHAQUE,* c’est encor loin ?

     

     

    Oublions, un instant, l’espace trop étroit

    De ce monde vénal, à l’effort, réfractaire,

    Pente vertigineuse, indigente, primaire :

    Le mal-être sévit, dangereusement croît.

     

    L’illusoire progrès s’annonce comme exploit

    Mais il ne peut qu’offrir le sinistre brumaire

    Où, chacun se croit libre, ignore l’arbitraire,

    Le trouvant obsolète, ennuyeux de surcroît !

     

    Les compagnons d’Ulysse ont perdu l’espérance,

    Comme eux, bien loin du port, nous vivons dans l’errance,

    Ressaisissons la barre et restons « vent debout » !

     

    Durant notre voyage abritons en nous-mêmes

    Le désir d’absolu comme un suprême atout :

    Retrouvons en Ithaque un des plus beaux poèmes.

     

     

    *Symbolise l’espérance

    Mireille TURELLO-VILBONNET

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :