• HOMMAGE AUX POÈTES DISPARUS

     

    Premier prix du sonnet à Lamalou-les-bains

     

    Hommage aux poètes disparus 

     

    J’ai vu le soleil noir de Gérard de Nerval

    Se perdre dans l’obscur de sa mélancolie.

    Le poète a souvent un germe de folie

    Qui donne à sa palette un air de carnaval.

     

    Les pieds dans les glaïeuls, notre dormeur du val

    Imagine sa belle, elle était si jolie,

    Avant de disparaître et rejoindre la lie,

    Tué par son orgueil comme un dernier rival.

     

    Sa voix douce et sonore en écho chez Verlaine

    Résonne dans ses vers et sur la grande plaine,

    Où sa lèvre se pose en délicate fleur.

     

    La Nature est un temple où Baudelaire admire

    Les parfums exaltés de la fraîche couleur

    D’un matin de bohème où mon sonnet se mire.

     

    G. MULLER

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :