• GRAND PRIX

     

     

    Femme

     

      

    Suis-je femme aux yeux d’or apprivoisant les hommes

    Perdus dans leur combat comme des enfants-loups ?

    En humble pécheresse ou croqueuse de pommes,

    Je ne vois qu’un bonheur aux visages trop flous.

     

    Suis-je fille du vent réveillant les chamanes

    Qui boiront à mes cils tout l’infini du ciel ?

    Passent mes chevaux blancs sur leurs mains diaphanes

    Quand parlent les esprits, dans un soupir de miel ?

     

    Impudique, ma chair se nourrit de caresses.

    Templière des sens que l’on jette aux démons,

    Suis-je l’amante aux seins pointant sous les ivresses,

    Baigneuse en ton regard mouillé de goémons ?

     

    Né de la source ailée où Dieu se désaltère,

    Mon amour aussi grand qu’un lever de soleil,

    Aussi pur que l’eau nue, est celui d’une mère.

    Il donne aux lendemains ses rimes de vermeil.

     

    Fi ! Les ambitions, je ne suis que ton ombre,

    Argile entre tes doigts, faible écho de ton chant,

    Pauvre oiseau dans ton cœur picorant la pénombre

    Pour gober la lueur de ton regard touchant.

     

     

                                                            Marilène MECKLER

     

                                            Poème tiré de son recueil « D’une petite voix »

                                          Grand Prix du Recueil 2012 SPAF Midi-Pyrénées

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 30 Juin 2013 à 20:40

    un beau poème sur la femme germaine cartro

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :