• GRAMINÉES

     

     

    GRAMINEES

    La femme du pasteur cultivait de ses mains
    Près des pâturages, un jardin éphémère,
    À peine égratigné par un outil sommaire,
    Auquel on renonçait, pour  meilleurs lendemains...

    Mais au fil des siècles le climat se tempère ;
    Les énormes glaciers désertent les terrains,
    L'on peut ensemencer, non avare de grains :
    En des lieux radoucis les végétal prospère ..

    Des huttes l'on bâtit, l'on se rapproche enfin
    Pour écarter de soi, l'ennemi, la famine :
    La graminée étant la plante qui domine,
    Durant toute l'année : elle apaise la faim...

    La seule qui poussât sur plaines et collines,
    Plus simple à conserver que d'autres aliments ;
    L'on apprit à penser, vaincre les éléments,
    A semer, à stocker le méteil qu'on décline..

    Germaine CARTRO
     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :