•  


    GHAZEL

    SOLEIL



    Son aspect le plus doux, à l'aube du printemps,
    Quand l'univers frémit,  vibrant sous sa caresse,
    Le zéphyr fait bouger la feuille avec tendresse ;
    Lorsque l'été s'annonce,  il sait montrer les dents...

    Tout là-haut dans le ciel, immense forteresse,
    Il apprit à grandir, depuis combien de temps ?
    Et,  cultivant son art, en ajuste l'adresse ;

    Il introduit son feu dans le coeur des vivants ;
    D'eux il tire le suc qu'il allie à sa force ;
    Il se croit immortel et de l'être il s'efforce : 
    Alors, à point nommé, s'ouvrent les contrevents,

    Le signe avant-coureur d'un  départ qui s'amorce ...

    Germaine CARTRO

     

     


    votre commentaire
  •  

    L'ARDEUR
     
    Du latin ardere, signifiant brûler
    Immédiatement à la fougue l'on pense
    Des amants exaltés qui fuient la bienséance,
    Au fond des bois ils vont à l'aise roucouler….


    Et perdant la raison ils ne  sont l'un qu'à l'autre ;
    Ils ignorent les lois, ne songent qu'au plaisir
    Donné comme reçu, couronne du désir,
    Leur palpitante ardeur  fait fi des patenôtres…

    Il en va de même pour le métier futur
    Qu' il ne faut imposer pour des valeurs sournoises
    A qui cherche sa voie, agnats fauteurs de noises,
    Elevant leurs enfants pour leur imprimatur…

    Un travail engage le corps , l'esprit et l'âme :
    On doit le préparer  avant de le choisir,
    Pour que  l' ardeur y soit, bien plus que le plaisir :
    L'existence en entier de ce choix se réclame ;

    L'amour et le métier réunis nous transportent ...
    Il faut les réussir pour ne point s'affliger ;
    Parfois y réfléchir, ne point trop y songer
    Ayant appris gamins que ces valeurs nous portent....


    Germaine Cartro le ‎23/‎10/‎2017

     


    votre commentaire
  • NARCISSE

    Le hasard me croisa  : cet ardent géniteur 
    Me transmit en ce temps ses traits de caractère ;
    Ce fut ce tourbillon amoureux de la terre
    Où ma mère croissait qui devint mon vecteur...

    Seul humain alentour, le public et l'acteur,
    M'émerveillaient les bois, dont j'étais feudataire ;
    La source aux mil poissons n'était point solitaire ;
    Me poursuivait Echo de sa vibrante  ardeur...
     
    Eprise de ma voix et de ses quelques mots,
    Les ressassant sans fin, parfois à demi -mot,
    Provocante et hardie en un décor sauvage…

    Beauté du fond de l'eau, mon seul ami lointain,
    J'enviais la fontaine, à l'unique breuvage,
    Qui pouvait caresser ton beau corps levantin..

    Germaine CARTRO ‎30/‎06/‎2018

     


    votre commentaire
  •  

    LA VIE


    Dans un lit l'on s'endort, l'on s'éveille au berceau...
    C'est ce que nous disait, notre Hugo, ce prophète ;
    Comme lui je le crois, car loin d' être une fête,
    La vie au cours du temps, devenant un fardeau,

    Si nous n'avons failli, ne pensant qu'à nous- mêmes
    - La solitude arrive avec beaucoup de maux, -
    Il nous faut l'assumer, et pour nos animaux,
    Avoir bien du courage et c'est là le problème...

    Résister nous devons  pour ne point les laisser
    Aux soins d' indifférents, pour ne pas les blesser,
    Car ils sont tout amour, et quand je les regarde

    Et que je vois partout pulluler les méchants,
    Je vois abandonnés dans la clarté blafarde,
    Mes petites bêtes et leurs yeux si touchants....

    Germaine Cartro


     


    1 commentaire
  •  

    QUAND IL ÉTAIT LÀ



    Quand il était là, je chantais encore ;
    Maintenant je rôde en ce triste lieu,
    Depuis son départ, devenu milieu
    D'où les fleurs ont fui, que rien ne décore...

     

    Des arbres vivants et ceux qui sont morts,
    Des  végétaux verts que la pluie arrose,
    Et devant mes yeux une pauvre rose,
    Fleur abandonnée au jeteur de sorts...

    Je suis revenue au havre de paix
    Qui me plaisait tant lors de sa présence ;
    La feuille verdoie et sans cesse avance,
    Menace larvée au coeur des regrets...

    Elle dit tout bas sa sollicitude,
    Le rayon doré de son chaud regard
    Dont il me couvrait, avec quel égard !
    Il me manque tant, sombre certitude ....

    Germaine CARTRO le ‎03/‎06/‎2018

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique