•  

    LA VIE


    Dans un lit l'on s'endort, l'on s'éveille au berceau...
    C'est ce que nous disait, notre Hugo, ce prophète ;
    Comme lui je le crois, car loin d' être une fête,
    La vie au cours du temps, devenant un fardeau,

    Si nous n'avons failli, ne pensant qu'à nous- mêmes
    - La solitude arrive avec beaucoup de maux, -
    Il nous faut l'assumer, et pour nos animaux,
    Avoir bien du courage et c'est là le problème...

    Résister nous devons  pour ne point les laisser
    Aux soins d' indifférents, pour ne pas les blesser,
    Car ils sont tout amour, et quand je les regarde

    Et que je vois partout pulluler les méchants,
    Je vois abandonnés dans la clarté blafarde,
    Mes petites bêtes et leurs yeux si touchants....

    Germaine Cartro


     


    1 commentaire
  •  

    QUAND IL ÉTAIT LÀ



    Quand il était là, je chantais encore ;
    Maintenant je rôde en ce triste lieu,
    Depuis son départ, devenu milieu
    D'où les fleurs ont fui, que rien ne décore...

     

    Des arbres vivants et ceux qui sont morts,
    Des  végétaux verts que la pluie arrose,
    Et devant mes yeux une pauvre rose,
    Fleur abandonnée au jeteur de sorts...

    Je suis revenue au havre de paix
    Qui me plaisait tant lors de sa présence ;
    La feuille verdoie et sans cesse avance,
    Menace larvée au coeur des regrets...

    Elle dit tout bas sa sollicitude,
    Le rayon doré de son chaud regard
    Dont il me couvrait, avec quel égard !
    Il me manque tant, sombre certitude ....

    Germaine CARTRO le ‎03/‎06/‎2018

     


    votre commentaire
  •   

    PÉNÉLOPE



    Intelligente et féminine,
    Vous plaît sa personnalité ;
    Le sourire de la bonté
    Son visage étrange  illumine…

    Pommettes larges et teint nacré,
    Sa fraîche peau de femme blonde
    Rien de meilleur sur terre ou l'onde :
    De la puce mets préféré ;

    Elle parle sans se reprendre
    On ne se lasse d'écouter  
    Si bien elle peut nous conter :
    Ses récits ont l'heur de surprendre…,

    C'était hier t'en souviens-tu ?
    Elle a quatre-vingt-six années
    Les yeux bleus, écrivaine née
    Elle ne dit pas tout, vois-tu...

    Elle aime ses petits-enfants,
    Les siens  à l'abri dans son coeur,
    Sa famille, son sacré choeur :
    Hommage aux morts et aux vivants  ;

    Beaucoup de personnes envient
    Ce que l'âge jamais n'éteint,
    Mais malheureusement ne déteint
    Le courant de sa longue vie...

     Son amie Germaine CARTRO LE ‎05/‎04/‎2018 

     


    votre commentaire
  •  

    FLEUR D'AMOUR


    En mon jardin il pousse une fleur merveilleuse,
    Tendre et discrète almée elle a l'âme en veilleuse,
    Mais son parfum si doux ressuscita la chair
    Du beau convalescent dessus son rocking chair ;
    Inconsciente rose elle le prit pour cible,
    Voltigea son odeur jusqu'à l'âme sensible :
    Car à sa place  il vit les appas d'une femme,
    De celle qu'il aima, qui repoussa sa flamme ;
     
    L'innocente fleurette ignorant son pouvoir
    Continue à danser ainsi qu'il put le voir ;
    Dans le vent gracieuse, Autan son homme-lige
    Ne tint en rien compte de celui qui s'afflige,
    Ne sachant retenir le cœur qu'il convoitait :
    Tout se passe toujours ainsi qu'il redoutait :
    Conduisit cette muse un jeune homme au suicide,
    Et fort candidement commit un homicide...

    GERMAINE CARTRO le ‎31/‎03/‎2018

     


    votre commentaire
  •  

    FRUITS DE PEUPLIERS...

     

     

     

    Mes peupliers ont de beaux fruits,

     

    Pourtant l'hiver partout fait rage ;

     

    Ils les tendent aux cieux transis,

     

    "Ne nous envoyez pas l'orage !"

     

     

     

    Sur leurs fins rameaux dénudés,

     

    Où le vent joue à cache-cache,

     

    Ces fruits ne sont pas démodés,

     

    Ils sont très beaux, rien ne les cache !

     

     

     

    Ces jolis fruits multicolores,

     

    Ont revêtu leur chaud duvet ;

     

    Quand ont-ils décidé d'éclore ?

     

    Durant la nuit ? Ils sont discrets....

     

     

     

    Ils ont des couleurs de l'automne,

     

    Les artistiques camaïeux,

     

    Et sur leur gorge ne détone

     

    Le soleil vif de leurs aïeux...

     

     

     

    Tout à coup s'envole une baie

     

    À tire-d'ailes, prestement ;

     

    Le chat Mistigri par la baie

     

    Aimerait l'avoir sous la dent !

     

     

     

    Germaine CARTRO

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique