•  

    CAUCASE 

     

     

    Du haut d'un pic vertigineux, 

    Tel l' aigle, effronté, curieux,  

    Je le respire, le survole… 

    Sous moi les nuages s'affolent 

    Ou planent en gris camaieux, 

    Se dépassent et font des nœuds ;

     

    Plus bas de bruyantes cascades 

    Se précipitent de falaises, 

    Blanches..Brusquement des sapins, 

    A moins que ce ne soient des pins, 

    Se transforment en verts mélèzes  ; 

    Tableaux entrevus par saccades…

     

    Sur ses versants des hommes paissent 

    De calmes brebis, puis rejoignent 

    L'âme heureuse et insouciants 

    Leur tribu, sans peur, en riant , 

    Ainsi que leurs garçons, leurs filles,  

    Et Leurs compagnes si gentilles...

     

     

    Germaine CARTRO le ‎15/‎12/‎2017


    votre commentaire
  •  

    MA CHATTE

     

     

    Ma chatte aux yeux profonds comme un puits d'onde claire

    Calmement me regarde  et suit mes mouvements ;

    Elle minaude un brin et prend des airs charmants,

    Son possible elle fait, pour avant tout me plaire...

     

    Adorant la caresse, unique, doux salaire,

    Ainsi bien entendu que boisson, aliments,

    - Mais qui l'en priverait, puisque ces éléments

    Sont aux mortels vitaux - nos pierres angulaires ! -

     

    Elle me traite en chat : de sa langue râpeuse

    Se livre à ma toilette, et m'arrache, la gueuse !

    Quelques cheveux, hélas ! J'ai beau lui crier « non ! »

     

    Il faut que de ma main, doucement, je l'écarte ;

    Patiente elle attend et malgré mon sermon,

    Vient me tirer le poil sans m'adresser de carte !

     

     

    Germaine CARTRO le ‎15/‎12/‎2017

     

     


    votre commentaire
  •  


    INVRAISEMBLANCES


    La lyre d'Apollon bruissait doucement ;
    Dans le jardin joyeux festoyaient les statues ;
    L'eau sentait le jasmin ; brusquement se sont tues
    Les roses en émoi chantant allègrement…

    Grimaçant, un vieillard  sur un fauteuil immense,
    À ces bizarreries semblait donner le la ;
    Espérait la fontaine un mot de l'au-delà,
    Afin de roucouler, que son règne commence ;

    Mais dès le petit jour, un ange inquisiteur,
    N'en croyant point ses yeux, questionna la rose,
    Aphone brusquement, pas plus en vers qu'en prose,
    Elle ne répondit à l'interrogateur  ;
     
    Cet enfant déclama, d'un air sombre un poème,
    Contant ses entrevues avec nombre de vents,
    Du Nord et puis du Sud, quels qu'ils soient,  décevants,
    Se gardant malgré lui d'un horrible blasphème.

    Germaine Cartro le ‎08/‎10/‎2017


    votre commentaire
  •  

    NATURE

     

    Séductrice, venez endormir nos douleurs …

    Parfum fort, capiteux, de la fière jacinthe,

    Vous troublez les cerveaux de vos vapeurs d'absinthe !

    Feux follets éclatants de toutes les couleurs

    Rehaussés aux beaux jours, superbes, précieux,

    De vos troublants parfums, création bénie,

    Larges touches de blanc, du dimanche harmonie,

    Quand dansent les nuées en la splendeur des cieux...

    A ces perfections, qu'est-il à rajouter ?

    Séduit, notre regard, en conclut la présence

    D'un seigneur éternel, tangible omniprésence,

    Que notre vain orgueil aimerait supplanter...

    Et, de bonté trésor, la nature nous sert

    En son parfait cursus ce qu'il nous faut pour vivre ;

    Le barde, avec ferveur, qui de beauté s'enivre,

    S'émerveille toujours devant votre concert...

     

    Germaine CARTRO le 29/11/17


    votre commentaire
  •  

    LE PIANISTE

     

     

    S'égrènent sous ses mains, légères et pâlottes,

     

    D'autrefois les ruisseaux, les étangs vaporeux,

     

    D'où surgissent parfois, en cauchemars affreux

     

    Des cadavres pourris, hallucinantes flottes ;

     

     

    Fantasmes inquiétants en de glauques eaux mortes ;

     

    Lugubre exhalaison de songes miséreux

     

    Par le temps naufragés ; des outrages nombreux

     

    Ricanent sans espoir, monstrueuses cohortes…

     

     

    S'émeuvent ses accords au vu de tant de fleurs

     

    Qui se fanent bientôt, émouvantes douleurs,

     

    D'un cœur trop émotif en ses réminiscences... 

      

     

    Il se crée en rempart un monde harmonieux,

     

    C'est là son univers. Pourtant, en résonance

     

    Ses doigts mêlent leurs pleurs à ceux des besogneux...

     

     

    Germaine CARTRO

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique