•   

    PÉNÉLOPE



    Intelligente et féminine,
    Vous plaît sa personnalité ;
    Le sourire de la bonté
    Son visage étrange  illumine…

    Pommettes larges et teint nacré,
    Sa fraîche peau de femme blonde
    Rien de meilleur sur terre ou l'onde :
    De la puce mets préféré ;

    Elle parle sans se reprendre
    On ne se lasse d'écouter  
    Si bien elle peut nous conter :
    Ses récits ont l'heur de surprendre…,

    C'était hier t'en souviens-tu ?
    Elle a quatre-vingt-six années
    Les yeux bleus, écrivaine née
    Elle ne dit pas tout, vois-tu...

    Elle aime ses petits-enfants,
    Les siens  à l'abri dans son coeur,
    Sa famille, son sacré choeur :
    Hommage aux morts et aux vivants  ;

    Beaucoup de personnes envient
    Ce que l'âge jamais n'éteint,
    Mais malheureusement ne déteint
    Le courant de sa longue vie...

     Son amie Germaine CARTRO LE ‎05/‎04/‎2018 

     


    votre commentaire
  •  

    FLEUR D'AMOUR


    En mon jardin il pousse une fleur merveilleuse,
    Tendre et discrète almée elle a l'âme en veilleuse,
    Mais son parfum si doux ressuscita la chair
    Du beau convalescent dessus son rocking chair ;
    Inconsciente rose elle le prit pour cible,
    Voltigea son odeur jusqu'à l'âme sensible :
    Car à sa place  il vit les appas d'une femme,
    De celle qu'il aima, qui repoussa sa flamme ;
     
    L'innocente fleurette ignorant son pouvoir
    Continue à danser ainsi qu'il put le voir ;
    Dans le vent gracieuse, Autan son homme-lige
    Ne tint en rien compte de celui qui s'afflige,
    Ne sachant retenir le cœur qu'il convoitait :
    Tout se passe toujours ainsi qu'il redoutait :
    Conduisit cette muse un jeune homme au suicide,
    Et fort candidement commit un homicide...

    GERMAINE CARTRO le ‎31/‎03/‎2018

     


    votre commentaire
  •  

    FRUITS DE PEUPLIERS...

     

     

     

    Mes peupliers ont de beaux fruits,

     

    Pourtant l'hiver partout fait rage ;

     

    Ils les tendent aux cieux transis,

     

    "Ne nous envoyez pas l'orage !"

     

     

     

    Sur leurs fins rameaux dénudés,

     

    Où le vent joue à cache-cache,

     

    Ces fruits ne sont pas démodés,

     

    Ils sont très beaux, rien ne les cache !

     

     

     

    Ces jolis fruits multicolores,

     

    Ont revêtu leur chaud duvet ;

     

    Quand ont-ils décidé d'éclore ?

     

    Durant la nuit ? Ils sont discrets....

     

     

     

    Ils ont des couleurs de l'automne,

     

    Les artistiques camaïeux,

     

    Et sur leur gorge ne détone

     

    Le soleil vif de leurs aïeux...

     

     

     

    Tout à coup s'envole une baie

     

    À tire-d'ailes, prestement ;

     

    Le chat Mistigri par la baie

     

    Aimerait l'avoir sous la dent !

     

     

     

    Germaine CARTRO

     


    votre commentaire
  • LA LUNE RIGOLOTE


    La nuit, en son fronton, un astre d'or allume.
    La lune curieuse à sa fenêtre dit :
     « Un astre comme moi  vers  l'étoile bondit,
    Il est de caoutchouc en ce ciel de bitume ! »

    Surprenant l'univers aux radieux pays
    La lune au rire exquis s'aventure sans voile
    Ses amis, offusqués, la revêtent d'un châle,
    A la fin du voyage elle est un peu groggy...

     A leurs balcons divers,  les planètes papotent ;
    La lune captivante, aux rictus innocents
    Etalés sans calcul, commérages  blessants
    D'étoiles disparues, que des trous noirs exportent ;


    Derrière l'arc-en ciel  jouant de l'éventail,
    En morse évidemment !  toutes elles complotent !
    Ses sœurs jalousent fort la lune rigolote
    S'amusant au foot-ball avec un samouraï.




    Germaine CARTRO

     


    votre commentaire
  •  

    CAUCASE 

     

     

    Du haut d'un pic vertigineux, 

    Tel l' aigle, effronté, curieux,  

    Je le respire, le survole… 

    Sous moi les nuages s'affolent 

    Ou planent en gris camaieux, 

    Se dépassent et font des nœuds ;

     

    Plus bas de bruyantes cascades 

    Se précipitent de falaises, 

    Blanches..Brusquement des sapins, 

    A moins que ce ne soient des pins, 

    Se transforment en verts mélèzes  ; 

    Tableaux entrevus par saccades…

     

    Sur ses versants des hommes paissent 

    De calmes brebis, puis rejoignent 

    L'âme heureuse et insouciants 

    Leur tribu, sans peur, en riant , 

    Ainsi que leurs garçons, leurs filles,  

    Et Leurs compagnes si gentilles...

     

     

    Germaine CARTRO le ‎15/‎12/‎2017


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique