• FÉVRIER

     

    GÉRARDINE

    FÉVRIER

    SI TRISTE FÉVRIER TOUT ENIVRÉ DE VENT,
    Ta nature lustrale inonde les ténèbres.
    Le baliveau feuillu, du moineau connivent,
    Chasse l’émerillon* et ses projets funèbres,
    Joignant l’arbre, l’oiseau dans un accord fervent.

    Voulant inhumer l’ombre, amoureux, tu célèbres
    La lune éblouissante éperonnant l’obscur,
    Métallique blancheur qui brise les vertèbres
    Des diamants d’un froid pétrifiant et dur !

    Mortelle obsession, quand le jour s’asphyxie,
    Les arbres orphelins font jaillir de l’impur
    Un appel ténébreux pleurant l’ataraxie**.

    Dans un si long hiver, j’ai rêvé bien souvent
    Que t’attire vers elle une autre galaxie

    SI TRISTE FÉVRIER TOUT ENIVRÉ DE VENT ;

    *Émerillon : petit faucon de chasse
    ** Ataraxie : état de paix absolue

    Mireille TURELLO-VILBONNET

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :