• FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTIN

     

    FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTIN 

     

    Allégorie 

     

    MOISSON

     

    Réveille-toi, belle endormie,

    Caresse de tes bras blancs ce séduisant rêveur,

    Vous avez déjà trop dormi,

    Les feux de la Saint-Jean n'ont pas brûlé vos reins.

    L'aube dévoilera le premier jour, regarde,

    Les vignes vont saigner, les sentiers ont bien bu,

    Éros, tout embrumé, a dessiné vos traces,

    Suivez sans le savoir la race des Élus.

    Vous irez tête nue et les pieds sans épines,

    Les membres enchaînés par des perles d'amour,

    Vous chevaucherez cette déesse indigne,

    Poussés par une loi qui n'a pas vu le jour.

    Et puis vous reviendrez vers un nid de lumière

    Que l'ancêtre a choisi , creusé dans les sillons,

    Vous vous coucherez enfin sur votre terre

    Sous une pluie d'étoiles éclairant la moisson.

     

    Jacqueline TOURNIER 

     

     

    FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTIN

     

    Soupir du silence

    L'esquisse de ton nom, à voix basse,
    Sur l'immense parure d'azur
    Seule, brûle l'écume  de l'oubli
    J'écoute sa plainte
    Qui ronge en secret
    La flamme cruelle qui fermente
    Et s'enfonce sur un chemin à pierres ouvertes

    Je traverse les couleurs de ma bohème intérieure, aride,
    Instant de silence déchiré de soupirs
    Quand l'ombre descend
    Dans le soir des tourments
    Instant intime, poignante douleur
    Celle d’aimer
    Quand le rêve s'étiole, stérile,
    Sous la lumière sèche des étoiles

    Et puis s’éclipse
    Ton sourire ourlé de silence
    Ta voix, tes mots effacés
    Dans le feu de mes nuits d'insomnie
    Ton regard aux yeux vides
    Tes mains refermées
    Tes baisers muets crépitent
    Au fond de ma mémoire
    Comme un nuage clair-obscur

    La solitude déploie ses ailes, trop longues
    Frissons et bleus à l'âme saignent
    Quand sonne l'heure, celle du désir
    Rythmé par ce cœur qui s'élance,
    Se balance,
    En déséquilibre
    Tâché par ce rêve obsédant
    Et rend amer le feu qui embrase
    L'astre perdu
    Mon cœur est nu, uni au néant
    D'une froide saison

    Ce rêve au désert brûlant prend son envol
    Puis s'effiloche
    Seul,
    Le spectre de ton absence
    Que mon cœur abrite.

    Martine Gava-Massias

     

     

     

    FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTIN

     

               

     Danse Sur L’Arc-En-Ciel

                        ( Jean-Marc « Jimi »  Bouysset )

     

    Danse sur l’arc-en-ciel tout puissant, tout puissant

    Danse sur l’arc-en-ciel tout puissant d’amour

    Danse sur l’arc-en-ciel, danse… A ton retour…

     

    Le simulacre est mort

    Il a bien fait son temps

    Il a régi trop fort

    Des corps thésaurisants

    Un asile dans tes bras

    Et une île dans tes yeux

    Tu tisses entre tes doigts

    Une enjambée des cieux

     

    Délivre les tourmentes

    Décapite les lois

    Quand la douce violence

    Vient m’enchaîner à toi

    Dans un chaos sauvage

    Dans un désordre outrage

    Engendrons le mystère

    Déchirons la lumière

     

    Mon cœur ne raisonne pas

    Il te sent voilà tout

    Mon corps n’explique pas

    Il t’attend… et c’est tout

    Il t’attend et c’est tout

     

    Danse sur l’arc-en-ciel tout puissant, tout puissant

    Danse sur l’arc-en ciel tout puissant d’amour

    Danse sur l’arc-en-ciel, danse… A ton retour…

     

     Extrait de l’album « Le Manège Solaire »  de Jimi et Arnaud

    https://www.youtube.com/results?search_query=jimi+et+arnaud+danse+sur+l%27arc+en+ciel

     

     

     

    FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTIN

     

    Villanelle pour une...

    Recette galante.

     

     

    Pour séduire votre belle,

    Honorez Saint Valentin,

    Noyez vous dans sa prunelle.

     

    Différez la bagatelle,

    Offrez lui même un festin,

    Pour séduire votre belle.

     

    Soyez quelques jours fidèle,

    Juste un peu de baratin,

    Noyez vous dans sa prunelle.

     

    Ouvrez bien grand l'escarcelle,

    Ou l'amour fera tintin,

    Pour séduire votre belle.

     

    Parlez aussi de dentelle,

    Parfois de l'art Florentin,

    Noyez vous dans sa prunelle.

     

    Guidez là sous la tonnelle,

    Qu'elle y perde son latin,

    Pour séduire votre belle.

    Noyez vous dans sa prunelle.

     

    Georges LAFON

     

    FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTIN   Le baiser

     

    Dormir dans un baiser doux comme la flanelle

    Pose en votre mémoire un souffle de berceau

    Et donne à votre bouche un rêve de ruisseau

    Où la fraîcheur de l’onde est jeunesse éternelle.

     

    Viendra-t-il d’un amour épicé de cannelle

    Né sous les doigts fiévreux d’un hardi jouvenceau,

    Ce gitan qui prendra, de vos cœurs, un morceau,

    Pour nourrir sa guitare énergique et charnelle ?

     

    Cet acte de tendresse, écrira-t-il son nom,

    En voyelles de paix aux trames de linon,

    Sur l’envol duveteux d’innocentes colombes ?

     

    Apprenez, avec lui, les serments ingénus,

    Le langage des fleurs, le silence des tombes

    Et, sans regret, partez pour des lieux inconnus !

      

             Marilène Meckler

    Extrait du recueil « Fenêtre sur cœur »

     

     

     FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTIN

    SAINT VALENTIN

    « TOMBER… »

    Non ! Tomber n’est pas toujours choir…
    Cet écrit permet de le voir :

    De vouloir s’élever, n’est-ce pas le contraire ?
    À la comparaison, je ne peux me soustraire.
    Je veux, à ma façon, pour la Saint Valentin
    Fustiger un état qui, parfois, rend crétin.

    Puisqu’il existe au monde un être si parfait,
    Un grand bonheur nous frappe et l’on TOMBE en arrêt.
    D’un cœur ressuscité c’est l’émouvant vacarme,
    Le temps n’existe plus, on TOMBE sous le charme.

    Au risque de TOMBER dans un aveuglement,
    On ne voit, sous ses traits, que le Prince charmant
    Et l’amour fait le reste on TOMBE sur la tête
    Car rien n’est important face à cette conquête ;

    Le ciel offre sa grâce et l’on TOMBE à genoux,
    La passion nous gagne, il n’est plus de tabous.
    Point de discernement, on a le vent en poupe
    D’un être imaginaire, on TOMBE sous la coupe.

    Aimant à la folie, on TOMBE dans l’erreur
    Mais recouvrer la vue engendre la fureur
    Car des déceptions et des déconvenues
    Naîtra l’atterrissage où l’on TOMBE des nues !

    La peine, la douleur et bien plus qu’il n’en faut
    Vont obscurcir les jours car l’on TOMBE de haut !
    Dialogue de sourds, triste charabia
    Nous font TOMBER alors de Charybde en Scylla

    Et, ce joli roman TOMBANT en ridicule,
    Il faut se ressaisir car le destin bascule.


    Morale
    On doit se protéger d’un bilan désastreux
    Car TOMBER raide-mort : c’est TOMBER amoureux…


    Mireille TURELLO-VILBONNET

     

     

    FÉVRIER 2015 : SAINT-VALENTINÂme sœur

     

    Mon esprit se confond

    Avec le sien

    Je l’appelle, elle répond

                    Au nom du lien

     

    Qui nous unit

    Sur le même plan

    Dans cette vie

    Après, avant

     

    De mourir, de naître

    En ce monde obscur

    Où seul paraître

    Sert de mesure,

     

    Étoile jumelle

    De mon existence

    D’entité rebelle

    Aux idées intenses,

     

    Mon âme sœur

    Toujours m’accompagne

    Vers les hauteurs

    D’une montagne

     

    Où l’air ambiant

    Apaise et soigne

    Ainsi tu comprends

    Pourquoi je m’éloigne

     

    De ces terres hantées

    Par l’ignorance

    Où ma volonté

    Est ma délivrance

     

    Qui me mène à elle

    Fleur de mes pensées

    Cœur fidèle :

    Mon astre, ma moitié.

     

    Richard MAGGIORE

    (Extrait de "Mémoires d'ombres et de lumières")


  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Avril 2016 à 14:45

    Bien jolis poèmes ; celui de Mireille (qu'elle me pardonne si je ne lui donne pas de mes nouvelles mais je suis TOMBÉE sous la coupe d'un fou et elle le sait ; ici seul le statut compte et le mien est bien mince !), le poème de Mireille m'a bien fait rire ! MAIS NON MIREILLE, TOMBER AMOUREUX C'EST CE QU'IL A DE PLUS BEAU AU MONDE, même si l'on finit par "TOMBER DE HAUT" : je préfère le haut au rase-mottes quotidien ! QUE L'ON SOIT JEUNE OU VIEUX, AIMER N'A RIEN DE HIDEUX ! Germaine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :