• ÉPHÉMÈRE

    ÉPHÉMÈRE

       

    Que jamais ce beau rêve

    En son écrin vermeil

    Promptement ne s'achève

    Octroyant une trêve

    À tes sens en éveil

     

    Elle allait sur la grève

    Ses longs cheveux au vent

    Sur sa parure d'Eve

    Frôlant caresse brève

    Son beau corps émouvant

     

    L'océan indomptable

    À ses pieds en mourant

    Effaçait sur le sable

    Le songe vulnérable

    De ton cœur conquérant.

     

                              D. Kirchner


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :