• ENVOL

     

                 

    ENVOL

     

     

    Un cahier d’écolier, comme deux ailes ouvertes,

    vers la vie, vers le monde et une page à lire,

    deux ailes m’emmenant vers des îles désertes,

    qui ne se refermaient qu’à l’heure de sortir.

     

    Je le voyais rempli d’horizons à poursuivre,

    où j’arrimais mes rêves au début d’une marge,

    attendant que les geôles quadrillées me délivrent

    ces lignes bleu d’azur qui menaient au grand large.

     

    Les chiffres au tableau construisaient des cabanes,

    où je me réfugiais, debout sur mes étoiles,

    et ma feuille jalouse de ses cousins platanes

    y noircissait ses angles en hissant quelques voiles.

     

    Quand l’encre de la nuit pesait sur mes paupières,

    ce carnet de voyage refermait le duvet

    où pouvait se blottir la chaleur de chimères,

    que seul parfois brisait le frisson de la craie.

     

    Le cahier s’est fermé aujourd’hui et je laisse

    pourtant toujours mon ombre s’appuyer à ces rêves,

    araignée dont la toile se disloque sans cesse,

    ma vie à tout jamais absorbera leur sève.

     

     

                                          Patrick CAUJOLLE

      

     


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :