• EMPIRE DU SOLEIL

     

     

     

    EMPIRE DU SOLEIL


    Ton paysage aride et ton soleil énorme
    Dans un ciel lumineux fidèle à son destin
    De ne jamais pleurer, sauf rarement, mutin :
    M'angoissent quelque peu vos facultés hors normes !

    Horizons dénudés des divines beautés
    Que l'on nomme les fleurs, plantations sylvestres,
    Qui reposent les sens ;  sans ces côtés agrestes
    Manque l'essentiel à ma félicité...

    De rivières, de lacs, de brouillards, de nuées,
    Dépourvus n'êtes pas : ils ne font que passer...
    Le bédouin parfois aimerait dépasser
    Les montagnes là-bas, verdure imaginée...

    De manière impromptue, un nuage assombri
    Sur un sable vierge de couche végétale,
    Comme un torrent dément sur les tentes s'affale :
    Le germe qui dormait se réveille, ahuri...

    Ce n'est pas un mirage à mettre à votre actif,
    C'est si rapide, hélas, qu'on pourrait bien le croire ;
    Si le sol pour un temps a pu s'en faire accroire,
    Le bédouin ravi,  goûte ce don furtif...

    Germaine CARTRO

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :