• ELLE

    Elle


    Elle n'a que ses grands yeux noirs ébène
    Et cette splendide allure élancée de reine
    Qui traversent l'espace et percent l'assistance

    Le temps se fige sur son regard immense
    Et l'immensité du monde est à ses pieds
    Elle, transie de froid aux heures d'été

    Voici déjà dix mille ans
    Qu'elle attend ce moment

    Qu'elle regarde ce gigantesque sablier de verre
    Dont les minutes semblent s'être apaisées

    Une éternité passée dans l'enfer du désert
    Avec le soleil et le silence pour ennemis jurés.

    Sa peau brûlée n'enlève rien à sa beauté
    Ornés de motifs tribaux, ses pieds nus et légers
    Sont d'une extrême et rare beauté

    Son corps enrubanné de voiles d'Altesse
    Sont ses mille et une façons d'exister.

    Quand elle danse telle une déesse
    A la recherche de ce qu'elle était,

    Chaque étoffe lui dévoilant délicatement
    Un morceau d'origine métissée du fil du temps

    Marie Attela

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :