• DÉPRIME

     

    DÉPRIME 

       

    C’est un triste poème 

    Echappé de mon cœur 

    Par un long hiver blême 

    Que la neige parsème 

    De lugubre rancœur. 

     

    Comme le fleuve coule 

    Pour rejoindre la mer, 

    C’est la pierre qui roule, 

    C’est le jour qui s’écoule 

    Laissant un goût amer. 

     

                                             

    Comme le soldat tombe 

    Le soir au champ d’honneur 

    Sous le bruit de la bombe, 

    Oh ! Cruelle hécatombe ! 

    C’est le chant du malheur.                      

     

    Comme, pour une pièce, 

    Ce maigre bras tendu ; 

    C’est dans une liesse 

    Le vautour qui dépèce 

    Le cadavre pendu. 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :