• DAPHNÉ

     

    DAPHNÉ

    Le Bernin - Apollon et Daphné

     

    Daphné

    Quand j’ai fui, mourant d’épouvante,

    L’âpre étreinte du dieu de feu

    Qu’un désir impudent tourmente,

    Nature, te crois-tu clémente

    Pour m’avoir, docile à mon vœu,

    Sous l’écorce enclose vivante ?

     

    (L'un des "Sizains métamorphiques" du recueil Marginalia)

     

     

     

     

    DAPHNÉ

     

     

    Avant elle, ses pieds ont fui, bondi son sang;*

    Leur frénétique effort de roc en roc transporte

    Un corps tremblant, et l'effarement qui l'escorte

    Étouffe jusqu'aux cris du cœur incandescent.

     

    Pourquoi frémir qu'un dieu, dont la lyre consent

    À fredonner l'écho fervent des amours mortes,

    Pose contre sa peau des mains chaudes et fortes

    Et courbe vers sa chair un front resplendissant?

     

    Dans l'élan fou de l'animal qu'on décérèbre,

    Elle a fui la clarté cruelle à ses ténèbres:

    Le dieu retient ses pas, soit pitié, soit ennui,

     

    Quand l'Érinye, à l'âme que l'effroi calcine,

    Ouvre l'ombre des bois, une écorce, et la nuit

    Où mûrit le regret de l'étreinte divine.

     

    (Sonnet extrait du recueil Marginalia)

    *Première irrégularité: dans la poésie classique, "sang" ne peut pas rimer avec des mots qui se terminent par -ent.

    D'autres rimes irrégulières plus bas: décérèbre/ténèbres, ennui/nuit.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :