•  

     

                                                                                LA CETOINE

     

                                                                                                 Au coeur d'une rose

                                                                          Fraîchement éclose

                                                                          Depuis ce matin,

                                                                            La cétoine dort.

     

                                                               Cétoine émeraude, cétoine d'argent,

                                                                         Précieuse immobile,

                                                                 Un rayon de soleil vient te taquiner;

                                                                          Devenue vif-argent,

                                                                Tu t'envoles soudain et tu disparais.

     

                                                                               Rose esseulée?

                                                                  Éclat de soleil sur goutte de rosée,

                                                                            Cétoine orgueilleuse,

                                                                         Te voilà déjà remplacée.

      

      

     

                                                                                             (Extrait du recueil: Chansons des quatre saison)s 

     

                                                                                                         Danielle Barthes

     


    votre commentaire
  •  

     

    COLLINE

     

     

    Colline verte ponctuée de blanc.

    Sur le pré vert des moutons blancs.

    Peupliers nus, bras gris cendré,

     Chênes touffus, crinières fauves.

     

    Colline verte et moutons blancs,

    Comme des points de suspension,

    Interrompus du point-virgule

    Que dessine un bélier noir.

     

     

     

    (Extrait du recueil: Chansons des quatre saisons)

     


    votre commentaire
  •                                                            

      

      

      

                                                                                               NEIGE

      

     

                                                                                      Le ciel est gris,

                                                                                   La terre est blanche,

                                                                                La neige tombe lentement,

                                                                             Mes pas s'enfoncent doucement

                                                                                Dans le sol ouaté-crissant;

                                                                                Ils tracent une ligne brutale

                                                                             Que la neige peu à peu efface,

                                                                        Tandis qu'un rouge-gorge impatient

                                                                              De gober quatre baies mûres,

                                                                                    Dessine en sautillant,

                                                                              Un instant, trois mouvements,

                                                                        Les empreintes étoilées d'un HaÏku parfait

     

                                                                        (Extrait du recueil: Chansons des quatre saisons)

     


    votre commentaire
  •  

     

       PLUIE D'AUTOMNE DERRIÈRE LA VITRE.                                                                       

            Derrière la fenêtre, il pleut, il bruine.

                   Il pleut à petit bruit,

                          Il pleut.

     

            Les feuilles de la vigne vierge

            Au pied du mur s'amoncellent,

                          Rouges

        Autour des chrysanthèmes, bouquets ronds

                   à floraisons crème.

     

                  Sous la caresse du vent,

    Une ultime rose s'effeuille, en oubliant là son parfum.

           Un bourdon mécontent vient cogner à la vitre,

        Lorsqu'au bord du gazon d'un vert iridescent,

                 Les pensées et les impatiens

            Brillent en émaux rouges, jaunes et bleus.

     

                      Un escargot aventureux

     Escalade avec précaution la poupée puis le ballon,

                     Abandonnés sur le gazon.

      

      

     

    (Extrait du recueil: Chansons des quatre saisons)

     


    votre commentaire
  •   

      

    Cité

     

    Nous n’irons plus au bois, les arbres sont coupés.

      Pour construire la ville, on les a tous tués.

    Sur la colline chauve, des tours de béton ont poussé,

    Et des tags hystériques remplacent les fleurs fanées.

     

    Assis sur des gravats, au pied du mur où rampent et s’entrelacent

               Des volutes de graffitis,

    Un enfant au regard pathétique, peau de cuivre et cheveux bouclés,

      Dessine à la craie un chameau sous un palmier.

     

     

                                            Danielle Barthès

     

     

    (Poème extrait du recueil collectif Éloge de l'autre - Printemps des poètes 2008)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique