• CITÉ

      

      

    Cité

     

    Nous n’irons plus au bois, les arbres sont coupés.

      Pour construire la ville, on les a tous tués.

    Sur la colline chauve, des tours de béton ont poussé,

    Et des tags hystériques remplacent les fleurs fanées.

     

    Assis sur des gravats, au pied du mur où rampent et s’entrelacent

               Des volutes de graffitis,

    Un enfant au regard pathétique, peau de cuivre et cheveux bouclés,

      Dessine à la craie un chameau sous un palmier.

     

     

                                            Danielle Barthès

     

     

    (Poème extrait du recueil collectif Éloge de l'autre - Printemps des poètes 2008)

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :