• CHÊNE EN HIVER

             

    CHENE EN HIVER (double couronne)

     

    Ma feuille se dessèche ; irréductible, entière

    Elle résistera jusqu'aux prochains beaux jours ;

    Avec entêtement, plénipotentiaire,

    Ma sève fraternise en sa loi de toujours... 

     

    Ma feuille se dessèche, irréductible, entière ;  

     

    Le sang en mon grand corps, je sens, se ralentit ;

    Néanmoins, encor là, des forces intestines,

    S'obligent cependant, indigent d'appétit,

    Au modeste maintien de vigueurs clandestines...  

     

    Le sang en mon grand corps, je sens, se ralentit...  

     

    Les arbres m'entourant - hormis les conifères -

    Dès les premiers frimas leurs rameaux dénudés ;

    Feuillages disparus, ces atours mortifères,

    En costume d'Adam se sentent dégradés ;  

     

    Les arbres m'entourant, hormis les conifères,  

     

    Frissonnent, éperdus : l'hiver les amoindrit ;

    Quand parfois l'un d'entre eux au bout des ans trépasse,

    - C'est le lot de chacun -, l'arbrisseau s'aguerrit,

    Sans sa protection, non loin de cet espace :  

     

    Frissonnant, éperdu, froidure l'amoindrit...  

     

    Ma feuille se dessèche, irréductible, entière ;

    Le sang en mon grand corps, je sens, se ralentit..

    Les arbres m'entourant, - hormis le conifère -

    Frissonnent, éperdus : l'hiver les amoindrit…  

     

    Ma feuille se dessèche, irréductible, entière  

     

      Germaine Cartro

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :