• C.R. du 18 janvier 2012

     

      SOCIETE DES POETES ET ARTISTES DE FRANCE (SPAF)

                                   Délégation Midi-Pyrénées

     7, Rue André Messager – 31170 TOURNEFEUILLE et Courriel : gardeldubois@free.fr

                                                       (Tel 09 54 03 85 62)

     

       Compte-rendu de la réunion du 18 Janvier 2012

     

    Etaient présents :

     

    Anne-Marie VERGNES          Chantal CRABERE                                        Richard MAGIORRE

                Marie-José BERTAUX           Mireille TURELLO-VILBONNET                Georges LAFON

                Jeanne ENDERLE                   Michèle GRISCELLI                         Olivier GARDEL-DUBOIS

    Yvanne GIGNAT                    Marcelle SEGUI                    

     

    Informations générales :

    ·         Le réunion a hélas débuté sur la triste nouvelle du décès de Raymond BARBAROU intervenu le

    matin même.

    Une grande émotion accompagne dans nos cœurs le souvenir laissé par notre ami, aussi bien pour ses qualités humaines que pour sa poésie…Nos pensées vont naturellement à Lucienne.

     

    ·        Conformément à la demande du siège il est dorénavant proposé à tout membre de la SPAF (lors de son adhésion ou de son renouvellement) de signer une autorisation de l’utilisation de l’image.

    Cette autorisation permet à la Société des Poètes et Artistes de France de capter par tout moyen l’image de la personne et de l’utiliser notamment aux fins de réalisations de trombinoscopes des membres de l’association, d’élaborations d’albums photos ou de films des évènements organisés par les délégations, de créations d’affiches et de publications en ligne.

     

    ·        Pour rappel, les dates actuellement certaines en mars pour le Printemps des Poètes sont le 4 à Montech à 14h30 dans la salle Lauriers, le 9 à Saint-Nicolas-de-la-Grave à 20h30 à la médiathèque, le 16 au Centre Bellegarde de Toulouse à 20h00 dans l’auditorium. En remplacement de celui prévu à Escalquens, un nouveau récital avec des enfants est prévu à Toulouse dans l’école Le Caousou (Avenue Camille PUJOL dans la salle de l’Orangeraie) le mardi 27 mars à 18h00.

    Merci (au plus tard le 15 février, date de notre prochaine réunion) de m’envoyer vos poèmes (si possible par Internet) ceci afin de préparer comme les précédentes années, l’édition d’un recueil des textes présentés.

     

    ·        Le site Internet (blog) de notre délégation est en cours de réalisation (pour le moment il se réduit à sa plus simple expression !!!). Son adresse : http://spafmidipyrenees.eklablog.com

     

    ·        Confirmation de la crêpe partie annuelle de Vent d’Autan organisée par Francine ARAGON qui aura lieu dimanche 5 février à Montech dans le restaurant habituel « Le Pantagruel ». Merci de prendre directement contact avec elle pour votre réservation.

     

    Concours 2012 :

    Il est maintenant lancé avec comme date de clôture le 31 mai.

    La date de la remise des prix sera décidée lors de la prochaine réunion, elle correspondra cette année avec celle du repas  annuel de notre délégation.

    Richard MAGGIORE ainsi que moi-même sommes en charges de sa communication auprès des médias mais également d’organismes divers et variés : toutes les aides et idées sont les bienvenues !!!

     

    Forme poétique étudiée : le zéjel.

    Le zéjel ou jézel (il semble que cette écriture soit également possible) est une forme de poème de la littérature espagnole médiévale, dérivée de la poésie mozarabe.

    Son schéma de rimes est : AAAB1-CCCB2 -DDDB3 -EEEB4 -…

    Octosyllabe, Décasyllabe et Alexandrin peuvent être utilisés. Ce n'est pas au sens strict une forme fixe.

     

    Avec comme exemple retenu ce poème de Georges LAFON, toujours à l'image de son hauteur :

    Les confidences d'un nouveau riche.

     

    Exhibant quelques beaux plumages,

    Je lui présentai mes hommages,

    Accompagnés de trois fromages,

    Au diable l'or du bijoutier.

     

                            A moins d'avoir une lacune,

                            Dans son regard point de rancune,

                            Car le propos n'en montre aucune,

                            Affirmant net, mon port altier.

     

                                                   Pour son grand cœur naît une flamme,

                                                   L'alexandrin je lui déclame,

                                                   Avec un air à fendre l'âme,

                                                   Dans les parfums de l'églantier.

     

                                                                           La voilà soudain très friponne,

                                                                           Nez bourgeonné, vite pomponne,

                                                                           A mon corps elle se cramponne,

                                                                           En dégrafant l'étroit bustier.

     

                                                                                                  Son teint n'est pas de porcelaine,

                                                                                                  Beaucoup la jugeront vilaine,

                                                                                                  Mais elle est riche châtelaine,

                                                                                                  Et grenouille de bénitier.

     

                                                                                                                          Je chéris bien sa triste mine,

                                                                                                                          Malgré son fort taux d'albumine,

                                                                                                                          Car vers la tombe elle chemine,

                                                                                                                          Me laissant seul comme héritier.

     

    Exposé sur le Pantoum par Marcelle SEGUI :

    Dans une des notes de ses Orientales, Victor Hugo, en 1828, avait cité, traduite en prose, une poésie malaise de cette forme, d'où se dégageait une séduction singulière, due non seulement à la répétition des vers selon un certain ordre, mais au parallélisme de deux idées se poursuivant de strophe en strophe, sans jamais se confondre, ni pourtant se séparer non plus, en vertu d'affinité mystérieuses.

    Un poète érudit, Charles Asselineau, essaya de constituer un poème français sur ce modèle, et y parvint. Théodore de Banville marcha sur ses traces ; Leconte de Lisle écrivit à son tour quelques pantoums, sur un sujet qui ramenait le poème à son pays d'origine, car il les intitula : Pantouns Malais. C'était, en cinq courtes pièces, une histoire d'amour, terminée par les lamentations de l'amant, meurtrier de la femme infidèle.

    Il semblerait qu'une coquille dans le texte de Hugo cité ci-dessus, dans sa première édition, soit à l'origine de l'usage du mot "pantoum" en place du mot exact "pantoun".

     

    Marcelle nous indique deux livres majeurs (pour ceux qui seraient tentés !) comme références de son étude :

    ·        « La lune et les étoiles (Le pantoun malais) » de François-René DAILLIE aux éditions Belles Lettres

    ·        « Histoire du genre pantoun » de Georges VOISSET aux éditions L’harmattan (bientôt disponible en version électronique…).

     

    Ordre du jour de la prochaine réunion du mercredi 15 février :

    ·        point sur les récitals du mois de mars : participants, poèmes présentés, ordres de passage.

    ·        concours 2012 : organisation et communication.

    ·        exposé complémentaire sur le pantoum (tant cette forme recèle de mystères) par Marie-José BERTAUX.

    ·        pas de forme fixe étudiée -> nous partagerons la lecture des textes prévus pour le Printemps des Poètes.

     

    Avec mes plus chaleureuses salutations poétiques.

     

    Olivier GARDEL-DUBOIS.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :