• ADIEU À LA FERME

    Adieu à la ferme

     

     

    J'ai trouvé ce matin, prenant la clé des champs,

    Un petit personnage, un joli ver de terre ;

    Il avait pour copain un grand ver solitaire,

    Ils s'aimaient tous les deux, comme ils étaient touchants.

     

    Ils s'étaient égarés dans la campagne immense,

    Se laissant étourdir par un air embaumé ;

    Le ténia suivait le lombric tant aimé,

    Qui aurait pu sombrer, sans lui, dans la démence.

     

    Ils s'étaient rencontrés au bord du grand lavoir

    Ensemble avaient dormi du soir jusqu'à l'aurore,

    Puis s'étaient exclamés d'un grand rire sonore :

    « Ce grand coq, oh jamais, ne pourra nous revoir !»

     

    Dominique Kirchner


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :