• ACCUEILLEZ-LE SEIGNEUR

    ACCUEILLEZ-LE SEIGNEUR…


    Accueillez-le, Seigneur, dans votre immense Amour,
    Car il n’était qu’Amour…
    Attentif aux fleurs, aux arbres, aux animaux
    Et aux petits oiseaux…

    Quand l’un d’eux, venait se cogner
    Au mirage de la verrière,
    Traquenard mortel,
    il en aurait pleuré…
    Il lui plaisait de promener Lana,
    Notre  chienne, blancheur bouclée, à la queue en panache,

    Il contemplait, attendri, sa gracieuse allure ;
    Il ne croyait pas en Dieu,
    Trop pure abstraction,
     Mais il croyait en la vie, en la nature,
    Dont nous sommes les enfants...

    Nous ne cessons de nous chercher, de nous transformer
    Pour devenir l’égal de celui qui nous voit ployer
    Sous notre faix…cette illusion ;
    Et par-dessus tout, il m’aimait


    Pour nos enfants, il s’est usé au travail, ne demandant
    Qu’un regard, un encouragement, une approbation ;
    Homme en marche, éternelle progression
    Pour ceux qu’il aime. et pour lui-même…

    Distinctement prononcé, son dernier mot :  mon prénom…

    Il n’était qu’un homme ; je ne suis qu’une femme,
    Tellement seule maintenant, sans son chaud regard d’Amour ;
    ¨Pour lui seul je n’avais pas changé ; j’étais toujours
    La fillette sans père, ni repère qu’il avait épousée….

    Germaine CARTRO


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :