• À MA GRAND-MÈRE

     

    A ma grand-mère

     

    A ma grand-mère

    L’orpheline déracinée

    A sa souffrance, à sa misère

    A son exode, à ses valises

    A ses rêves oubliés.

    Aux histoires de son enfance

    A ses berceuses qui se balancent

    Encore sous mes paupières

    Et que parfois je chante.

    Ah, ces complaintes lentes

    Des femmes qui ont trop travaillé

    Comme Mémé

     

    A ma grand-mère

    Dont je porte le prénom

    A sa force, à sa lumière

    A ses pardons

    A ses renoncements

    A son regard d’enfant.

    Aujourd’hui si vieille

    Elle souffle le printemps

    Me donne le goût d’y croire

    De cultiver l’espoir

    Elle qui a tant semé

    Mémé

     

    Dorothée Alliot Gonçalves

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :