•  

    PAYSAGE DE TOUTE GUERRE

     

    Un regard perdu, presque vide,

    Racine fragile sur sa terre

    Visage vieilli, même sans ride,

    Voilà l’enfant de toute guerre.

     

    Usés, la mémoire lessivée,

    Tous leurs souvenirs en jachères ;

    Leurs fils, perdus ou massacrés,

    Voilà les vieux de toute guerre.

     

    Des maisons brûlées, saccagées,

    Les biens pillés, même par leurs frères

    Paysages sanglants et désolés ;

    C’est le visage de toute guerre.

     

    Des fanatiques sans parole,

    Des monstres, sans idéaux, sans frontière,

    Des terroristes qui en rigolent,

    Ce sont les artisans de toute guerre.

     

    Une expression énigmatique,

    Mourir en héros, Pour quoi faire ?

    Armés d’une ardeur mélancolique,

    Voilà les soldats de toute guerre.

     

    Et moi, impuissante et statique,

    Tendue, refoulant ma grande colère

    Ne serais-je pas pas pathétique,

    Menottée, bien loin de toute guerre.

     

    Anne-Marie Forestier


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique