• 3ème PRIX POÉSIE CLASSIQUE

       

    UN SOIR À L’OPERA

     


    Costume et robe longue, apparat de soirée,
    La foule mélomane affluait sur le seuil
    Et déjà frémissait en rêvant à l'accueil
    Des marbres délicats d'une salle dorée.

    Loin de l’effervescence, une porte feutrée
    Cachait un escadrin* contournant cet écueil.

    Pendant l’ascension qui menait au fauteuil

    Nous espérions du chant l’éloquence sacrée.


    Parvenus à l'Eden s’offrait un récital :

    Le miroitement fou des ors et du cristal,
    Sous le regard ému d'une voûte d'archanges.

    Un velours d'irréel glissait, majestueux,     

    Sur ce monde lyrique aux vocables étranges

     Enivrant notre esprit de refrains somptueux.

      

    *Escadrin : escalier

     

    Aline MUSCIANISI

                                                                                 3ème Prix Poésie Classique


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :