•  


    votre commentaire
  •  

    Faudra-t-il réfléchir à un autre moment et un autre lieu pour nos réunions? Mettons à part les problèmes de santé, il reste que certains de nos adhérents travaillent et ne sont pas libres en semaine, que d'autres habitent un peu loin de Toulouse... Si quelqu'un a des idées sur ce sujet, il peut les communiquer à notre délégué.

    Cela pour souligner qu'à cette réunion de rentrée nous aurions aimé nous trouver un peu plus nombreux.

    Toutefois nous avons pu

    • nous féliciter d'avoir enregistré six nouvelles adhésions, et d'un bilan global plutôt satisfaisant pour notre délégation,
    • continuer à déplorer le partage léonin opéré sur les cotisations et espérer que le proche congrès national examinera la question et donnera tous les éclaircissements nécessaires sur l'emploi de ces fonds,
    • noter la vente très satisfaisante de notre recueil collectif,
    • confirmer la poursuite de notre collaboration avec l'association Philémon pour l'organisation d'un concours (dont les modalités seront précisées sous peu sur ce blog),
    • et recenser les prochaines manifestations où nous pourrons être présents: Automne en poésie à l'EHPAD de Montech (82) le 10 octobre, Salon du livre de Bouloc (31) le 19 novembre, et bien entendu Printemps des poètes 2018 sur le thème de "l'ardeur".

     


    votre commentaire
  •  

     

    FANTAISIE SOUS-MARINE

     

     

    Je t’emmènerai à travers le silence de la mer

    Ecouter les bruits des profondeurs

    Au milieu des coraux et des madrépores

    Qu’entoure une ceinture d’écueils

    Dans les atolls d’un éden tropical

    Où plongent des vahinés nues

    Aux noires chevelures couronnées

     

     

     

    De fleurs aquatiques qui poussent

    Sur des bancs de sable d’or

    Sur lesquels s’allongent des requins alanguis

    Ecoutant les sons harmonieux

    Des harpes  abyssales que pincent

    Les doigts des vents sous-marins

    Et nous nous endormirons sur un lit d’algues.

     

     


    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire
  •  

    À LA UNE

    Deux poètes en vedette pour couronner le cycle des Dimanches en poésie : Aline Muscianisi a présenté son nouveau recueil, Contempler seulement, tandis que Roselyne Morandi annonçait la parution, dans les semaines à venir, du sien, intitulé Sur chant d'étoiles, et donnait un avant-goût de son exposition prochaine à Lyon en lisant les textes qui accompagnent les toiles reproduites sur le catalogue. Un trio de musiciennes assurait des intermèdes harmonieux. Et l'on ne peut que se féliciter que l'atelier ait accueilli un public bien étoffé - une bonne quinzaine de personnes, dont, bien entendu, quelques autres poètes.

     

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Le public... de dos...

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...et de profil.

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    La poésie d'Aline sait parler des choses graves...

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...mais aussi sourire de tout son cœur.

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Le trio des musiciennes propose musique ancienne et musique baroque.

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Ouvrant le catalogue de son exposition, Roselyne nous ferait regretter que Lyon soit loin, mais par chance certains des tableaux sont encore là - qu'elle nous désigne, tout en lisant les poèmes destinés à les accompagner. 

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    La scène étant offerte ensuite à qui le veut, c'est d'abord Gérard Lamouroux qui affronte l'auditoire (certes bienveillant!). 

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Viendront ensuite le poète au chapeau, qui pour l'instant se recueille au fond...

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...Jean-Louis Séguier, avec son Petit tambour, et un poème de Roselyne...

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...votre blogueuse (toujours un peu en retard dans ses chroniques)...

     

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    ...et Jackie, qui prend enfin son courage à deux mains pour participer aux Dimanches de Sorèze et y dévoiler ses textes.

     SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

    Pour conclure, Hans puise dans on inépuisable mémoire un poème de Boris Vian et l'image d'un petit chat effronté comme un page.

     

     

    Et devinez par quoi s'achève un bel après-midi où le soleil vient fort à propos de pointer son nez entre les nuages?

     

    SORÈZE LE 17 SEPTEMBRE

     

     

     

     Photos: Fabienne Bories et  Roselyne Morandi.

     

     

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires