•  À LA UNE

     

    Être à la fois acteur et chroniqueur est une expérience particulière! Heureusement les photos parlent presque d'elles-mêmes.

     

    SORÈZE LE 21 MAI

    Odorant bouquet d'œillets de poète apporté par Monique.

     

     

     

    SORÈZE LE 21 MAI

    Assistance de choix...

    SORÈZE LE 21 MAI

     ...pleine de bienveillance - Anne-Marie Forestier et Monique André-Belmont-...

    SORÈZE LE 21 MAI

    ...et modèle de concentration - Catherine Delfortrie-Esquevin.

     

    SORÈZE LE 21 MAI

    Une lectrice qui n'avait qu'une peur: lasser...

    SORÈZE LE 21 MAI

    ...mais qui pouvait par chance faire alterner prose et poésie...

     

     

    SORÈZE LE 21 MAI

    ...et compter sur la participation fidèle d'Anne-Marie Forestier aux textes pleins d'humanité et d'émotion...

     

    SORÈZE LE 21 MAI

    ...et qui eut en outre l'heur d'entendre un lecteur, Jean-Victor Esquevin, proposer le texte, naguère primé par la SPAF, de jeunes poètes.

     

    SORÈZE LE 21 MAI

    Ajoutons le soutien d'Aline Muscianisi, poète émérite, qui a (presque) promis de venir lire ses nouveaux poèmes en septembre...

     

     SORÈZE LE 21 MAI

    ... et le partage de l'indispensable et joyeux goûter: on obtiendra l'image d'un après-midi délicieux (en tout cas pour moi). 

           Un grand merci à Roselyne Morandi organisatrice, hôtesse et photographe.

    Prochain rendez-vous en poésie le 25 juin avec Olivier Gardel-Dubois.

     

     


    votre commentaire
  •  

    EN MON JARDIN, L'AUTAN... (sonnet estrambot)

    Sa race qui palpite est celle des vainqueurs ;

    L'autan en mon jardin, en habit de voilage,
    Du chêne il anime le vivant assemblage ;
    Virevoltant, tournoie : il dérobe les cœurs.

    Plus ou moins amoureux - nul n'en vainc les vigueurs ! -,
    - Elle aurait volontiers suivi son attelage ! -
    Turbulent, en folie, il troubla la volage
    Frissonnante rose de ses soupirs moqueurs !

    Jaloux, se trémoussa le dahlia dans sa vasque ;
    La pensée arbora comme à Venise un masque…
    Décidément ému par la fragilité

    De Rose parfumée, ambre blond légitime,
    En son velours éclos, élégant tout l'été,
    Il en fit choir, hautain, la garde-robe intime…

    "Fleur étrange," dit-il venant de mon côté ;
    Sur le point de souffler, sans égard, sur ma braise :
    " Ni saveur, nulle odeur : je préfère la fraise ! " 
     
                                              Germaine CARTRO


    votre commentaire
  • Martine Gava-Massias nous rappelle la proximité du festival du livre qui se tiendra à Saint-Foy-de-Peyrolières et nous en transmet le programme:

     

    UN FESTIVAL

    UN FESTIVAL


    votre commentaire
  •  

     

    UN ARTISTE ORIGINAL

     

    C'est  Jimi qui nous parle d'Armand de Montauban, c'est-à-dire d' Armand Taillé, artiste brut marginal, décédé il y a sept ans, dont les œuvres ont été exposées pendant un mois à la Maison du Crieur à Montauban.

    Ci-dessous, le texte de la chanson composée par Jimi, chanson qu'on peut également écouter à l'adresse suivante:

    https://www.youtube.com/watch?v=tUkFTLybWMc,

    tandis qu'on trouvera un reportage le concernant à celle-ci:

    https://www.youtube.com/watch?v=2AiqukbSk5k

    On  peut lire aussi plus bas un article qui lui est consacré.

     

                              ARMAND de MONTAUBAN

     

     Auteurs divers : citations de Marie Jaulent, Noël L., Vincent Ligou, Geneviève Clamens,

                                 Nonoko, Christian André-Acquier, J-P.F, Camille Tahar, Maurice Baux,

                                P.Mz, Philippe Troncy, Jean-Marc Bouysset

    Compositeur : Jean-Marc « Jimi » Bouyssset

          

    Sur sa mobylette les cheveux au vent

    C’est lui Armand de Montauban

    Chemise hawaïenne et pantalon blanc

    C’est lui Armand de Montauban

    Avec son éternel petit sourire en coin

    Il vient te dire bonjour en te faisant « coin-coin »

    Car il tutoie les anges de son âme d’enfant

    Tout en sifflant, tout en gazouillant

     

    Le geste et le regard quelque peu différents

    C’est lui Armand de Montauban

    Un chapeau de cow-boy, un costume trop grand

    C’est lui Armand de Montauban

    La vie n’a pas été tendre avec lui

    Il a dû supporter tant de moqueries

    Qu’il aspire au bonheur… éternellement

    Même sans papa, même sans maman

     

    C’est un artiste brut, un poème vivant

    C’est lui Armand de Montauban

    Il travaille à ses œuvres quotidiennement

    C’est lui Armand de Montauban

    On raconte qu’avant il était menuisier

    Maintenant il expose sur tous les marchés

    Ses sculptures et peintures… la plupart du temps

    En sifflotant, en glougloutant

     

    Il a les pieds sur terre, la têt’ dans les étoiles

    C’est lui Armand de Montauban

    Il agace nos tympans sur la Place Nationale

    C’est lui Armand de Montauban

    Mais voilà que vers la fin de l’été

    La nouvelle fait le tour de la Cité

    Il n’y a plus de doute cette fois

    La basse-cour a perdu sa voix

           La basse-cour a perdu sa voix…

     

    Pour le dernier adieu on marche en gazouillant

    Derrière Armand de Montauban

    Il y a des amis, des discours applaudis

    Et des coin-coins, et des cui-cuis

    Armand pensait toujours ce qu’il faisait

    Armand faisait toujours ce qu’il pensait

    Alors on a posé sur les bouquets de fleurs

    Des faux oiseaux qui picorent nos cœurs

       

    Parfois je n’ai plus vraiment le moral

    Et dans ce cas il vaut mieux que je bouge

    Du côté de la Place Nationale

    Je vais prom’ner mes lacets rouges

    Pour retrouver un peu d’entrain

    J’regarde la tête des passants

    Quand je leur balance

    Un petit coin-coin 

    A la manière d’Armand

       

    Et toi si tu n’as pas trop le moral

    Petit conseil, il vaut mieux que tu bouges

    Du côté de la Place Nationale

    Armand t’a laissé son fil rouge

    Si tu recherches un peu d’entrain

    Regarde la tête des passants

    Quand tu leur balances

    Un petit coin-coin

    A la manière d’Armand

       

    Alors n’hésitons pas

    Suffit d’un p’tit coin-coin

    Pour retrouver

    Le sourire

            d’Armand

     

     

     

    UN ARTISTE ORIGINAL


    votre commentaire
  •  

    * La Dépêche du Midi, édition du Tarn, 13 mai 2017

    ATELIERS CREATIFS


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires