•  

    À LA UNE

     

         Ni vent ni pluie, mais un franc soleil dans un ciel tout bleu: lumière à flots sous la verrière de la mairie de Sorèze où se déroulait notre dernier récital du Printemps des Poètes, qui était aussi le premier Dimanche en poésie de la saison. Pour évoquer l'Afrique - thème proposé cette année à nos plumes -, de riches bouquets aux couleurs éclatantes sur des nappes aussi ensoleillées que le ciel, et un tableau assorti de Roselyne Morandi.

     

    SORÈZE LE 26 MARS          SORÈZE LE 26 MARS

     

      

    SORÈZE LE 26 MARS

    Pour estomper les vieux jours gris / Revient le souffle du poème:

    ainsi se termine le texte d'Annette Ruflet-Molinier lu en ouverture par Roselyne Morandi.

    Et pour qu'en effet souffle la poésie, les poètes étaient venus nombreux. Certains des amateurs éventuels, eux, avaient peut-être préféré flâner dans la tiédeur extérieure (ou avaient besoin de souffler pour s'habituer à la toute neuve heure d'été?); cependant d'autres étaient venus de loin et compensaient par leur amicale présence et leur qualité l'absence ou l'arrivée un peu plus tardive des premiers.

     

    SORÈZE LE 26 MARS

     Zébrés de lumière et souriants, les intervenants entourent M. le maire de Sorèze et l'adjoint à la culture, auteur de la décoration de la salle.

     

    SORÈZE LE 26 MARS

       L'actuel directeur artistique du Printemps des poètes et auteur maintes fois primé, Jean-Pierre Siméon, a rédigé le texte de présentation de cette 19e édition, lu ici par Richard Maggiore. 

     

    Dans le programme déroulé ensuite, musique et chansons ménageaient des respirations entre les poèmes:

    SORÈZE LE 26 MARS

    SORÈZE LE 26 MARS

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Trio d'instruments classiques....                        ou guitare moderne, ...

     

    le public y a pris plaisir...

    SORÈZE LE 26 MARS...tout autant que M. Albert Mamy, maire de Sorèze, et son adjoint à la culture, M. Gérard de Léotoing.

    SORÈZE LE 26 MARS

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    SORÈZE LE 26 MARS

     

    Et pour quelques instantanés de plus...

      

        Retrouvailles.       

    SORÈZE LE 26 MARS

     

    Premiers vers en attendant les inconditionnels de l'heure d'hiver.

    SORÈZE LE 26 MARS

     Attentives, Christiane Guibert et Marie-José Bertaux...

    SORÈZE LE 26 MARS

    ...et plus qu'attentives!

    SORÈZE LE 26 MARS

     

     Le photographe photographié.

    SORÈZE LE 26 MARS

    Un luthier conquis par un duo exquis, Gaston et Jimi.

    SORÈZE LE 26 MARS

     

     Poésie quand tu nous tiens...

    SORÈZE LE 26 MARS

     Quand parlent les poètes...

    SORÈZE LE 26 MARS

     

     

    SORÈZE LE 26 MARS

    Ce n'est qu'un au-revoir.

    Prochain Dimanche en poésie le 23 avril.

     

    Photos: R. Maggiore, R. Meckler, R. Morandi, M. Roussel


    votre commentaire
  • Je suis un verbivore

     

    Les mots me permettent d'entrouvrir

    Des portes qui donnent sur un espace

    Que je me dépêche de remplir

    Avant qu'un autre prenne la place.

    Ils sont ma façon de me taire

    Ou de hurler sans faire de bruit,

    Un moyen des plus salutaires

    Pour mettre à l'index les ennuis.

     

    Les mots sont une histoire d'amour

    Entre soi, les choses et les gens,

    Ils peuvent danser avec humour,

    Être obligeants ou dérangeants,

    Moi, je les adore fantaisistes,

    En liberté et poétiques,

    Lorsqu'ils font les contorsionnistes

    Sans pourtant tromper l'esthétique.

     

    Les mots sont une respiration

    Qui purifie le corps et l'âme

    Dans la vraie vie ou la fiction.

    Je les brandis comme l'oriflamme,

    Qui, dans le vent, bat fièrement,

    Pour regrouper les égarés,

    Les attirer comme un aimant

    Avant qu'ils soient accaparés.

     

    Tes mots dans mon lit font des miettes

    Qui viennent me parler dans la nuit,

    Ils s'agitent comme des marionnettes

    Pour réveiller mes rêves enfouis,

    Ils rock'n'rollent et se mélangent

    En un concert jubilatoire.

    C'est des bouts d'amour que je mange

    Afin qu'ils me disent ton histoire.

     

     


    votre commentaire
  •  

               Trois prix ont récompensé nos adhérentes: deux ont été décernés à Aline Muscianisi. L'un est le prix José Maria de Hérédia, attribué par la Société des poètes français pour un recueil de sonnets (cela va de soi), recueil encore inédit qui s'intitule Contempler seulement. L'autre est le premier prix de poésie classique dans le concours des Arts et Lettres de France (Bordeaux); il couronne le poème L'origine des hommes, qu'on peut lire dans notre recueil 2017. Un autre a été obtenu par Jeanny Arnaud-Médici pour son poème Les Mots: deuxième prix de poésie libérée au même concours. 


    votre commentaire
  •  

    Jusqu'à la fin des mondes 

     

     

    Le vent peut faire tourner la tête aux continents, 

    Tempêter mille fois du levant au ponant, 

    Le tonnerre peut zébrer le ciel de ses éclairs

    Et déchirer les airs d'un bruit autoritaire,

      

    Les séismes insolents peuvent éventrer les champs

     Et lacérer les murs de leurs couteaux tranchants,

    Les entrailles de l'enfer peuvent inonder la terre 

    De la lave insoumise qui fait fondre les pierres, 

     

    Il peut neiger jusqu'à recouvrir les maisons, 

    Lorsque le blanc unit le ciel et l'horizon, 

    Il peut pleuvoir jusqu'à faire déborder les mers, 

    À en faire vaciller les montagnes altières, 

     

    Mais la lune fait rêver les oiseaux dans les arbres 

    Et illumine les nuits de son fier candélabre, 

    Le soleil vient draper les villages de lumière 

    Et préside à la course des saisons nourricières. 

     

    La force des sentiments, l'amour comme un vertige,

    N'obéiront jamais aux puissances de prestige, 

    Qui dominent sans partage sur la terre et sur l'onde. 

    Je t'aime et je t'aimerai jusqu'à la fin des mondes.

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Mots et rimes en partage à Beaumont

     

    C’est dans une ambiance conviviale que s’est tenu le vendredi 17 mars au sein de l’Ehpad « Les Cordeliers » de Beaumont-de-Lomagne (82), le deuxième récital des manifestations proposées par la S.P.A.F. Midi-Pyrénées dans le cadre de la 19e édition du Printemps des poètes. Les auteurs venus du département et de la région ont été accueillis par les animateurs Cathy Toutain et Olivier Guizot.

    BEAUMONT LE 17 MARS

    Les auteurs se préparent

    Etaient ainsi présents Jacqueline Escorihuela, Monique Roussel, Gérard Pinson et Richard Maggiore, délégué 82 et coordinateur régional de la S.P.A.F., qui ont lu des textes évoquant l’Afrique, thème de cette édition 2017, mais aussi les saisons ou encore la nature, devant un auditoire séduit par tant d’éloquence ; des poèmes de Pierre Theau, membre de la délégation et résident de l’établissement, et de Georges Lafon, qui nous quittait il y a un an, ont également été dits. Et le chant était aussi de la partie avec Annie Gouze qui a entonné quelques airs pour le plaisir de tous.

     

    BEAUMONT LE 17 MARS

    BEAUMONT LE 17 MARS

     

    Cette rencontre qui a enthousiasmé autant les résidents, dont certains ont aussi déclamé, que les organisateurs et intervenants s’est terminée par un goûter, qui fut l'occasion d'échanges, dans l’attente de se retrouver un jour prochain pour à nouveau partager rimes et mots.

     

    BEAUMONT LE 17 MARS

     Auteurs, intervenants et animateurs réunis

     

    Compte rendu: R. Maggiore

    Photos: R. Maggiore et M. Roussel


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires